Mali: l'armée française a tué un chef d'Aqmi responsable du rapt des journalistes de RFI morts en 2013

·1 min de lecture
La ministre des Armées Florence Parly, le 20 avril 2021 à Paris - AFP
La ministre des Armées Florence Parly, le 20 avril 2021 à Paris - AFP

La ministre des Armées Florence Parly annonce dans un communiqué la mort d'un chef d'Al-Qaïda au Maghreg islamique (Aqmi). La force Barkhane de l'armée française a tué Baye ag Bakabo, responsable du rapt et de la mort des journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, le 2 novembre 2013, a appris BFMTV.

"Le 5 juin dans la journée, la force Barkhane a détecté une attaque en préparation contre une emprise de l’ONU à Aguelhok dans le nord du Mali. Une opération de vive force a alors été lancée contre un groupe armé terroriste qui s’apprêtait à déclencher des tirs de mortier sur cette emprise occupée par le bataillon tchadien de la Minusma (ONU). Cette opération a conduit à la neutralisation de quatre terroristes", indique la ministre dans un communiqué.

Quatre terroristes parmi lesquels se trouvaient Baye ag Babako.

"J’adresse aujourd’hui toutes mes pensées aux familles et aux proches de Ghislaine Dupont et Claude Verlon", déclare également Florence Parly.

"Le Président de la République a annoncé hier une transformation en profondeur de l’opération Barkhane, dont les modalités seront précisées dans les prochaines semaines. Si le dispositif change, l’objectif demeure: la France reste engagée contre le terrorisme international, aux côtés de pays sahéliens, et pour la sécurité de l’Europe et des Français", poursuit le communiqué.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles