Mali: l’ONU confirme l’implication de soldats maliens et «blancs» dans la tuerie de 33 civils près de Ségou

Selon un rapport de l'ONU, l'armée malienne et des « soldats blancs » sont impliqués dans la mort, début mars, au Mali, de 33 civils, dont 29 Mauritaniens et 4 Maliens, dans la région de Ségou, près de la frontière mauritanienne. Leur disparition avait suscité l'indignation des autorités mauritaniennes qui avaient mené une enquête conjointe sur ce drame, avec les autorités de Bamako. Les résultats, début août, n’ont pas été publiés. Le Mali a toujours rejeté ces accusations contre son armée.

Les témoignages rassemblés par le groupe d'experts racontent comment des soldats blancs sont arrivés dans le village de Robinet El Ataye, fréquenté par les éleveurs maliens et mauritaniens pour son puits, comment ces derniers ont rassemblé les hommes, y compris les adolescents, leur ont lié les mains dans le dos et bandé les yeux, tandis que les femmes et les enfants recevaient l'ordre de rentrer chez eux et ne pas regarder, puis ont pillé les maisons.

Un groupe des FAMa (Forces armées maliennes) est ensuite arrivé, a frappé les hommes attachés avec « les bâtons utilisés par les bergers », puis libéré les plus jeunes, et emmené 33 hommes - 29 Mauritaniens et 4 Maliens.

Le lendemain, des proches ont découvert leurs corps, à 4 km de là. Ils avaient été abattus puis brûlés.

À lire aussi : au Mali, création d'une commission d'enquête mixte après la disparition de Mauritaniens


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles