Mali: le journaliste français Olivier Dubois otage depuis six mois

·2 min de lecture

Cela fait six mois qu'Olivier Dubois est retenu en captivité au Mali. Dernier otage français dans le monde, le journaliste a été enlevé le 8 avril dernier à Gao, où il était parti en reportage. Depuis, il est apparu dans une courte vidéo dans laquelle il explique être détenu par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans.

Dans l’attente de sa libération, chaque 8 du mois, RFI ouvre son antenne à la famille d’Olivier Dubois dans l’espoir que, comme d’anciens otages ont pu en témoigner par le passé, ces messages lui parviennent et le réconfortent. Ce 8 octobre, les proches du journaliste lui envoient un message de soutien via notre antenne. À commencer par Déborah Al Hawi Al Masri, sa compagne, ainsi que les deux enfants d’Olivier Dubois.

Olivier, sois rassuré ! Nous allons bien, on s’accroche fort et tu ne quittes jamais nos cœurs. Ne t’inquiète jamais de cela. La rentrée s’est bien passé pour les enfants

Nous attendons des informations depuis six mois et l’espoir d’un entretien avec les plus hautes instances de notre gouvernement qui malheureusement tarde à nous recevoir.

J'espère que tu te portes le mieux possible (...) Sois courageux

Cet éloge de la lenteur doit cesser, le chrono doit s’emballer. Il est l’heure de s’empresser et d’agir pour te retrouver

À partir de ce vendredi 8 octobre, à l’initiative de l’association Reporters sans frontières, des banderoles à l’effigie d’Olivier Dubois seront déployées sur les mairies d’une douzaine de villes en France. Après Paris, ce sera donc Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes, Nice, Rennes ou encore Bayeux, où se tient cette semaine le Prix des correspondants de guerre.

À lire aussi : Prix Bayeux 2021 des correspondants de guerre: «Cet hommage, c’est le cœur de la semaine»

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles