Mali: Goodluck Jonathan à Bamako, une visite rapide, discrète et décisive

Le médiateur de la Cédéao pour le Mali, l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, est arrivé à Bamako jeudi 23 juin dans l'après-midi et est reparti ce vendredi à la mi-journée. Une énième visite, aussi rapide que discrète : ni la Cédéao, ni les autorités maliennes de transition n’avaient souhaité communiquer officiellement sur la venue du médiateur. Qui n’a lui-même confirmé qu’à la mi-journée, au moment de son départ et sur les réseaux sociaux, qu’il avait bien rencontré le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, ainsi que d’autres officiels maliens.

La visite de Goodluck Jonathan à Bamako est survenue dans la dernière ligne droite avant le sommet du 3 juillet prochain. Dans neuf jours, les chefs d’États de la Cédéao décideront d’une éventuelle levée des sanctions économiques et financières qui frappent le Mali depuis le mois de janvier. Or, beaucoup d’éléments nouveaux sont survenus depuis le précédent sommet du 4 juin.

Nouvelle loi électorale

Au début de ce mois, le Mali a unilatéralement prolongé la transition de deux ans –jusqu’à mars 2024-, par décret présidentiel, sans attendre la fin des négociations, et sans prévenir le médiateur. Le sujet a forcément été abordé, mais Goodluck Jonathan a réservé au colonel Assimi Goïta ses commentaires. À l’époque, les chefs d’États de la Cédéao avaient peu apprécié d’être mis devant le fait accompli, même si cette option faisait bien partie des pistes envisagées.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles