Publicité

Mali: une frange des étudiants de l'AEEM défie les autorités de transition

Au Mali, une frange de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) défie les colonels au pouvoir. L'AEEM a été dissoute en conseil des ministres le 13 mars 2024, en raison des « nombreux accrochages à main armée entre les différents clans de ladite association ». Mais les membres de l'association refusent cette dissolution. Le bureau national envisage des démarches judiciaires, tandis qu'une frange plus radicale a constitué une cellule de crise. Dans un communiqué particulièrement virulent diffusé ce 21 mars, cette cellule appelle à la mobilisation.

Ses membres n'hésitent pas à apparaître face caméra. La cellule de crise de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), qui rassemble la frange la plus radicale de l'organisation étudiante, « condamne fermement toute tentative de museler la voix des élèves et étudiants en les privant de leur liberté d'association » et se dit prête à « défendre coûte que coûte » l'association. « Nous n'avons pas peur des représailles, que ce soit la prison, l'élimination physique ou toute forme de répression. »

Des affrontements internes ont régulièrement lieu entre les différents clans de l'AEEM, l'un d'eux a causé la mort d'un étudiant fin février et des arrestations. À différentes reprises, des armes et d'importantes sommes d'argent ont été retrouvées dans les locaux de l'AEEM, dont une quinzaine de membres serait actuellement en prison, selon l'association.

La suite dira dans quelle mesure cette frange est représentative et capable de mobiliser les étudiants maliens... et au-delà.

Ralliement des opposants


Lire la suite sur RFI