Mali: le forum de Niono s'achève sur une note d’optimisme

·2 min de lecture

Au Mali, le forum de Niono s’est achevé ce week-end après trois jours de discussion entre autorités, notables et représentants communautaires et religieux. Ce rendez-vous avait débuté le 5 novembre en présence de quatre ministres pour tenter de trouver une issue au conflit intercommunautaire meurtrier qui oppose la communauté peule aux chasseurs traditionnels dozos dans ce cercle de la région de Ségou.

« Désarmer tous les détenteurs illégaux d’armes », « assurer la protection des personnes et de leurs biens » et « multiplier les cadres de concertation intercommunautaire » dans le cercle de Niono : les principaux engagements figurant dans la synthèse de la rencontre, que RFI a pu consulter, satisfont la plupart des participants.

« On a senti un changement, affirme ainsi avec satisfaction un participant. Les ministres veulent sortir de la logique des milices. » Pour lui, le principal succès de ce forum consiste en l’engagement de l’État à « désarmer tous les détenteurs illégaux d’armes », c'est-à-dire les chasseurs traditionnels dozos, accusés par la communauté peule de s’en prendre arbitrairement à eux. Quant aux combattants jihadistes, « ils étaient déjà concernés puisque l’État les combat », traduit un élu local.

L’État s’engage également à « assurer la protection des personnes et de leurs biens » et à « multiplier les cadres de concertation intercommunautaire ». En marge du forum, une rencontre cruciale s’est d’ailleurs tenue entre les nombreux chasseurs dozos qui avaient fait le déplacement et les représentants de la communauté peule.

Un engagement à cesser les hostilités

Sous l’égide d’un marabout du Macina réputé pour ses succès dans le dialogue intercommunautaire et du Haut conseil islamique, les chasseurs dozos et la communauté peule se sont engagés à cesser les hostilités. Les jihadistes actifs dans la zone n’étaient pas représentés « mais il y avait des personnes qui transmettent les messages », assurent certaines personnes présentes.

« C’est très positif », estiment plusieurs participants. Certains expriment une grande confiance. D’autres attendent de voir ce qui se passera, sur le terrain, dans les jours qui viennent. Une satisfaction globale s’exprime donc, même si des doutes persistent. « L’État a-t-il les moyens de faire respecter ces engagements ? », s’interroge un élu du cercle, qui attend de voir comment évolueront les choses.

Au terme du forum, l’implication du gouvernement a été saluée. « Les ministres nous ont écoutés. Nous avons tout dit devant eux et ils nous ont répondu », témoigne un élu. « Mais les jihadistes n’étaient pas là, regrette un autre. Ils veulent appliquer la charia et on n’a, à aucun moment, parlé de cela. » Ce maire d’une commune du cercle ne cache pas qu’il repart de Niono avec ses inquiétudes.

► À lire aussi : Mali: le forum de Niono pour la réconciliation intercommunautaire a commencé