Mali : la famille d'Olivier Dubois demande l'ouverture d'une instruction sur son enlèvement

·1 min de lecture

Le journaliste français a été enlevé il y a un an, à Gao, dans le Nord du Mali, par le Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans, le JNIM dans son acronyme arabe. Depuis lors, la famille du journaliste est tenue à l'écart de l'enquête et affirme ne plus supporter le « silence des autorités françaises ». Elle demande l'ouverture d'une instruction sur son enlèvement pour avoir accès au dossier.

« Seule l'ouverture d'une information judiciaire, avec la désignation d'un juge d'instruction, permettra d'accéder à la procédure », explique dans un communiqué publié samedi maître Laurent Bayon, l'avocat de la famille Dubois. Il en a donc fait la requête par courrier, auprès du Parquet national anti-terroriste.

Car pour l'heure c'est cette instance qui se charge de faire la lumière sur les circonstances de la prise en otage, d'Olivier Dubois. Une enquête préliminaire a été ouverte pour « enlèvement en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste. »

Mais le parquet antiterroriste emploie des méthodes qui déroute la famille du journaliste. Il y a d'abord eu la perquisition du téléphone de la compagne d'Olivier Dubois, en septembre 2021. Et cette semaine, celle du domicile des parents d'une journaliste, amie de l'otage.

« Des actes qui questionnent », estime dans son communiqué, maître Laurent Bayon. L'avocat déplore de surcroît que les « autorités françaises restent taiseuses sur la réalité de leur investissement dans la libération d'Olivier Dubois. »

Le 8 avril, date anniversaire de l'enlèvement du journaliste, Emmanuel Macron avait pourtant assuré de « la pleine mobilisation de l'Etat pour mettre un terme à son insupportable séquestration. »

A lire et écouter : Un an de détention au Mali pour le journaliste français Olivier Dubois

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles