Le Mali expulse le porte-parole de la Minusma : à quel jeu joue Bamako ?

PHOTO SEYLLOU/AFP

Alors que l’épais nuage qui assombrit les relations ivoiro-maliennes à la suite de l’arrestation de 49 soldats ivoiriens considérés comme des mercenaires n’est pas encore dissipé, Bamako vient de sommer le porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) de faire ses valises et de quitter le pays dans un délai de soixante-douze heures. […] Raison invoquée, Olivier Salgado, puisque c’est de lui qu’il s’agit, se serait livré à des “publications tendancieuses et inacceptables” sur Twitter, en déclarant “sans aucune preuve que les autorités maliennes étaient informées de l’arrivée des soldats ivoiriens par vol civil”, le 10 juillet 2022.

Même si Bamako réaffirme sa disponibilité [pour] maintenir le dialogue et poursuivre la coopération avec l’ensemble de ses partenaires y compris la Minusma, personne n’est dupe. C’est plutôt un langage diplomatique. Avant-hier, c’était Barkhane, hier, c’était le G5 Sahel et la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, c’est la Minusma.

À quel jeu joue Bamako en multipliant ainsi les fronts ? Que cherchent le colonel Assimi Goïta et ses frères d’armes ? Même si l’on admet que le porte-parole de la Minusma n’a pas su faire preuve de réserve, force est de reconnaître que la réaction de Bamako est disproportionnée. En vérité, ce n’est pas le porte-parole qui est visé, mais plutôt la Minusma. Car, on le sait, le renouvellement du mandat de cette mission onusienne pour un an ne s’est pas fait selon les conditions des nouveaux maîtres de Bamako, qui semblent avoir fait contre mauvaise fortune bon cœur. La récente suspension des rotations de ses effectifs traduit, à bien des égards, la volonté des autorités du Mali de rendre cette force onusienne inactive.

Ne pas jouer les Zorro

Certes, même si les ailes protectrices de cet albatros n’arrivent pas à mettre le peuple malien à l’abri de l’hydre terroriste, il n’en demeure pas moins que [la mission] joue un rôle important dans la lutte contre la nébuleuse au Mali. Cela dit, les autorités maliennes ne se trompent-elles pas de combat ? L’union fait la force, dit-on. Mais, au rythme où Bamako multiplie les actes de rupture, [la junte] risque de se mettre à dos tout le monde et de se retrouver finalement seule avec Wagner, face à l’ennemi qui donne du fil à retordre aux Fama [Forces armées maliennes].

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles