Le Mali espère des opérations de «refinancement» de la BCEAO, de quoi s'agit-il?

Les négociations pour la libération des soldats ivoiriens détenus au Mali se poursuivent. Parmi les demandes des autorités de Bamako, le Mali aurait demandé à la Côte d’Ivoire de l'aide auprès de la BCEAO, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pour des opérations de «refinancement». Qu'est-ce que sont ces opérations?

Il s'agit pour la Banque centrale de « fournir à la demande des liquidités d'appoint aux établissements de crédits éligibles ». Et à des taux intéressants. Ces opérations ont lieu auprès d'un guichet de prêt. Et les remboursements peuvent se faire dans la journée, dans la semaine ou sur des durée plus longues de 3 à 12 mois. L'objectif notamment : permettre de faire face aux besoins de trésorerie.

Ce mécanisme permet d'injecter des liquidités dans les banques commerciales, pour ne pas limiter leurs capacités à octroyer des crédits. Et ainsi, permettre le bon fonctionnement des activités économiques des Etats de la région et ne pas impacter leur croissance.

Qui peut bénéficier de ces opérations de financement ? « Les établissements de crédits » et les institutions communautaires prévues par le traité de l'UEMOA. D'où vient l'argent prêté par la BCEAO ? Ces refinancements sont adossés à des effets et titres publics ou privés pris en garantie par l'institution.

Si le Mali n'a pas vu ses injections stoppées par la BCEAO, les montants demandés par Bamako ne sont pas toujours accordés.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles