Mali : les engins explosifs improvisés sont "un risque qui est pris en compte", assure le porte-parole de l'état-major de l'armée

franceinfo
·1 min de lecture

Les engins explosifs improvisés sont "un danger et un risque qui sont pris en compte", a déclaré dimanche 3 janvier sur franceinfo le colonel Frédéric Barbry, porte-parole de l’état-major des armées. Il réagissait à la mort de deux militaires français au Mali samedi 2 janvier, dont le véhicule a été victime d'une attaque à l'engin explosif improvisé. Le porte-parole assure "que toutes les méthodes, tous les savoir-faire sont utilisées pour réduire ce risque", et il insiste sur la "succession de succès tactiques qui se sont accumulés ces dernières semaines, ces derniers mois, et qui montrent que le travail de la force Barkhane et des forces partenaires a été particulièrement bien menée."

franceinfo : Que s'est-il exactement passé ce samedi ?

Frédéric Barbry : Les faits se sont déroulés en milieu de matinée lors d'une patrouille de reconnaissance et de renseignement au nord de Ménaka, une ville dans le centre du Mali. C'est un véhicule blindé léger VBL de la force Barkhane, qui était armé par trois militaires, qui a été atteint, touché par un engin explosif improvisé. En dépit des soins qui y ont été prodigués immédiatement par leurs camarades. Nous devons déplorer la mort du sergent Huynh ainsi que du brigadier Risser et il y a un autre membre d'équipage qui lui a été (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi