Mali : quand les djihadistes travaillent à vider les villages

·1 min de lecture
Les dernières attaques présumées djihadistes au nord Mali ont fait des milliers de déplacés. (Photo d'illustration).
Les dernières attaques présumées djihadistes au nord Mali ont fait des milliers de déplacés. (Photo d'illustration).

Tout comme au Niger ou au Burkina Faso, la stratégie des djihadistes au Mali reste la même : s?imposer par la terreur. En plus de dynamiter les esprits par des enlèvements d?enseignants ou des fermetures d?école, leurs attaques continuent de vider des villages entiers. Ainsi, des centaines de civils ont quitté leurs villages dans le nord du Mali sur ordre des djihadistes ou par peur, une semaine après des attaques qui ont fait 42 morts, selon un bilan définitif des autorités. Selon plusieurs sources, ces déplacés atterrissent autour de la localité malienne de Labbezanga près de la frontière avec le Niger, soit plus à l?intérieur du territoire malien.

« Les déplacés sont de plus en plus nombreux après la dernière attaque djihadiste. Les terroristes ont donné des injonctions aux populations pour qu?elles quittent leurs villages. D?autres civils sont partis par peur. On compte plusieurs centaines à plus d?un millier de déplacés », a déclaré à l?AFP un important responsable de l?administration dans la zone, s?exprimant sous le couvert de l?anonymat.

À LIRE AUSSINiger : les attaques djihadistes vident les villages

Des villageois piégés par les groupes terroristes

Les villages de Karou, Ouatagouna et Daoutegeft, trois localités voisines et proches de la frontière avec le Niger dans la région de Gao, ont été la cible d?attaques attribuées aux djihadistes le 8 août. En fait, ce sont 42 personnes qui ont été tuées, a dit à l?AFP un responsable gouvernemental, également [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles