Publicité

Mali: deux ans après le massacre de Moura, l'impunité est totale et l'armée continue de tuer des civils

Cela fait deux ans, ce mercredi 27 mars, qu'a eu lieu le massacre de Moura. Pendant quatre jours, les habitants de ce village de la région de Mopti, dans le centre du Mali, ont vécu l'enfer. Une opération antiterroriste menée conjointement par l'armée malienne et le groupe Wagner a fait plus de 500 morts, majoritairement des civils. En dépit des engagements des autorités, deux ans après, l'impunité est totale.

« Plus de 500 morts », des femmes violées, des villageois torturés. Les cinq hélicoptères de l'armée malienne sont arrivés à Moura un jour de marché. Le village était bondé. Lorsqu'ils ont ouvert le feu sur la foule, avant même d'atterrir, les soldats maliens et les mercenaires du groupe Wagner ont d'abord tué « vingt civils et une douzaine de membres présumés de la Katiba Macina », du Jnim, lié à al-Qaïda, selon un rapport onusien publié l'année dernière.

Puis, les quatre jours suivants, Moura a été le théâtre de l'horreur. Les Nations unies ont publié une enquête particulièrement fouillée l'année dernière. De nombreux médias et organisations de défense des droits humains avaient également, dès les premiers jours, rapporté des témoignages effroyables. Au total, plus de 500 exécutions sommaires ont été dénoncées par l'ONU, des villageois ont été obligés de creuser des fosses communes et d'y enfouir les morts, au moins 58 femmes et jeunes filles ont été violées ou victimes de violences sexuelles, parfois collectives. Plusieurs dizaines de personnes interpelées à Moura ont été torturées par la suite.


Lire la suite sur RFI