Mali : un dernier adieu à Soumaïla Cissé

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
Soutiens et membres de la famille se sont rassemblés autour du cercueil de l'ancien chef de l'opposition, Soumaïla Cissé, au Palais de la Culture lors de ses funérailles à Bamako le 1er janvier 2021.
Soutiens et membres de la famille se sont rassemblés autour du cercueil de l'ancien chef de l'opposition, Soumaïla Cissé, au Palais de la Culture lors de ses funérailles à Bamako le 1er janvier 2021.

« Au petit matin du 25 décembre jour de Noël, Vendredi saint, tu nous quittes », s'attriste Boubacar Cissé, le fils aîné de l'opposant malien Soumaïla Cissé. « Même sur ton lit de mort, tu as gardé ton sourire solidaire. Tu nous revenais six mois et un jour après ton enlèvement, et deux mois et quinze jours plus tard, tu nous quittes. » Une foule immense l'écoute attentivement. La cour du Palais de la culture Amadou Hampaté Bah de Bamako dans laquelle était exposé le cercueil de Soumaïla Cissé drapé du drapeau malien n'était pas assez grande pour accueillir tout le monde. Personnalités maliennes et étrangères, des amis et des anonymes se sont pressés par milliers ce vendredi 1er janvier dans un rare moment de concorde pour rendre un dernier hommage à cette grande figure politique de l'opposition décédée du Covid-19, le 25 décembre en France à l'âge de 71 ans. Il était un éminent personnage public, trois fois candidat malheureux au second tour de la présidentielle, ancien chef de l'opposition parlementaire.

Lire aussi Soumaïla Cissé, le président que le Mali n'aura jamais eu

Émotion et tristesse

Depuis l'annonce de son décès par sa famille, c'est un hommage unanime qui lui est rendu par la nation malienne sans distinction aucune. Les partis amis de sa propre formation, l'Union pour la république et la démocratie (URD), avaient envoyé des délégations de pays voisins comme la Côte d'Ivoire, le Sénégal ou le Burkina Faso. Le Premier ministre de transition Moctar [...] Lire la suite