Mali: le commandant de la Forsat inculpé pour meurtres, écroué, mais vite libéré

·3 min de lecture

Le commissaire divisionnaire Oumar Samaké, commandant de la Force spéciale antiterroriste Forsat a été inculpé, incarcéré et libéré, tout cela en l’espace de quelques heures vendredi 3 septembre. Inculpé, entre autres, de « meurtres » et « coups mortels » par la justice malienne, dans le cadre de l’enquête sur la répression meurtrière des manifestations anti IBK de juillet 2020, qui avaient fait une dizaine de morts, le chef de la Forsat a été placé sous mandat de dépôt, incarcéré dans la foulée avant d’être libéré dans des conditions qui demeurent particulièrement floues.

Le commissaire divisionnaire Oumar Samaké a été inculpé vendredi matin pour « meurtres, coups mortels, coups et blessures volontaires aggravés et complicité » à la demande du premier cabinet du juge d’instruction du tribunal de grande instance de la Commune III de Bamako et a été incarcéré dans la foulée.

La nouvelle de son inculpation et de son incarcération a immédiatement suscité la colère de nombreux policiers qui se sont rassemblés, en armes et uniformes, devant la maison centrale d’arrêt de Bamako, pour exiger sa libération. Le commandant de la force spéciale antiterroriste Forsat a été finalement relâché et a quitté les lieux, en voiture, sous les acclamations de ses collègues.

Dans quelles conditions Oumar Samaké a-t-il été extrait de la maison d’arrêt quelques heures à peine après son inculpation ? Qui en a donné l’ordre ? Cette libération signe-t-elle la fin de la procédure engagée à son endroit par la justice malienne ? Ou s’agit-il d’une mesure temporaire destinée à éviter des violences, avant une nouvelle interpellation ? Aucune des autorités contactées par RFI, au sein de la justice, du gouvernement ou de la présidence malienne n’a pu ou n’a souhaité apporter de précisions à ce stade.

Manifestations des 10 au 13 juillet 2020

L'inculpation d'Oumar Samaké est liée à la répression des manifestations des 10 au 13 juillet 2020. Le régime du président Ibrahim Boubacar Keïta est alors fortement contesté, des manifestations sont organisées par une coalition, M5-RFP, composée de partis politiques, de syndicats, d’organisations de la société civile ou encore d’artistes. C’était le mois précédant le coup d’État militaire du 18 août, qui est justement venu « parachever » ce mouvement de contestation, selon les termes employés par la junte qui a pris le pouvoir.

Un rapport de la division droits de l’homme de la Minusma - la mission des Nations unies dans le pays - paru en décembre dernier au terme de plusieurs mois d’enquête, fait état de quatorze morts à Bamako lors du mouvement de contestation. La répression avait aussi fait trois morts à Kayes, un mort à Sikasso et plus de 150 blessés, selon la Minusma.

À l’époque, l’emploi de cette force antiterroriste face aux manifestants avait suscité émoi et interrogations. Dans son rapport, la Minusma s’interrogeait justement sur l’utilisation de la Forsat, tout en rappelant que la police et la gendarmerie avaient également fait des victimes. L’inculpation du commandant de cette force, la première dans ce dossier, intervient un an après l’ouverture de la procédure et de l’enquête judiciaire.

Inquiétudes pour la suite de la procédure

Différentes sources ayant animé les manifestations de juillet 2020 et qui attendent que la lumière soit faite sur leur sanglante répression, expriment leur désarroi et leurs craintes pour la suite de la procédure. « Cela rend amer parce que cela montre à quel point on peut mesurer la déliquescence de l’Etat, complètement absent quand on doit rendre la justice, quand on doit aller jusqu’au bout, dénonce Clément Dembele, le président de la Plateforme contre la corruption et le chômage au Mali. On était très contents quand on a entendu qu’il y avait eu un début d’arrestation. On s’est dit que désormais, on ne pouvait pas tuer gratuitement les manifestants, les Maliens. »

Clément Dembele était, en juillet 2020 l’un des principaux leaders des manifestations réprimées dans le sang. Il craint aujourd’hui que les questions restent sans réponses. « Au moins il aurait dit qui avait donné l’ordre, il aurait dit comment les choses se sont passées sur le terrain. Toutes ces interrogations restent sans réponse. Cela donne le sentiment que seuls les plus faibles paient devant la justice. Nous demandons au président de la transition d’aller jusqu’au bout de ce processus. Il faut situer les responsabilités, que chacun réponde de ses actes. Si Assimi Goïta n’arrive pas à faire cela aujourd’hui, si Choguel Maïga n’arrive pas à assumer, ils auront montré aux Maliens qu’ils ne sont pas capables de faire ce qu’ils disent. Et c’est dommage. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles