Mali-Côte d’Ivoire: ce qui bloque pour les 46 soldats toujours détenus

Elles sont trois à avoir pu rentrer au pays, ils sont 46 à être toujours détenus au Mali. Sur les 49 militaires ivoiriens, arrêtés le 10 juillet dernier à Bamako et accusés par les autorités maliennes de transition d'être des « mercenaires » venus déstabiliser le pays, trois ont été libérés ce week-end. Pour la libération des 46 autres militaires ivoiriens restants, à ce jour, rien n'est acquis.

Pour rappel, la Côte d'Ivoire avait envoyé ces militaires soutenir la mission onusienne dans le pays (Minusma), mais un imbroglio administratif n'a pas permis aux Nations unies de prouver le cadre dans lequel ces soldats étaient censés être déployés.

Trois d'entre eux – trois femmes – ont finalement pu regagner Abidjan dès samedi soir, une avancée incontestable sur ce dossier très politique, obtenue grâce à la médiation du Togo qui poursuit activement ses efforts afin d'obtenir la levée des 46 autres militaires ivoiriens.

Trois sur 49, l'avancée est incontestable, mais si 46 militaires ivoiriens restent détenus, c'est bien que les discussions continuent de bloquer.

Bamako a consenti à un geste « humanitaire », selon le terme employé par la médiation togolaise, en libérant les trois seules femmes que comptait le groupe des 49, une preuve de bonne volonté, bénéfique pour l'image des autorités maliennes et qui prouve qu'une solution négociée est bien possible.

Les autres sont toujours détenus et inculpés. Ils doivent, dans l'état actuel des choses, être jugés pour, notamment, « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État ».


Lire la suite sur RFI