Mali: la bataille de Talataye entre jihadistes empire la détresse des habitants du nord

Dans le nord du Mali, le groupe État islamique au Grand Sahara, qui s'était emparé de Talataye mardi 6 septembre après une bataille, a quitté cette localité entre Gao et Ménaka. Jusqu'ici, le flou demeurait sur les événements opposant l'EIGS au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (Jnim), affilié à al-Qaïda et qui contrôlait la localité jusqu'à cette attaque. Mais le Mouvement pour le salut de l'Azawad, groupe pro-Bamako signataire de l'accord de paix de 2015, était également impliqué.

Les combattants du groupe État islamique au Grand Sahara (EIGS) sont arrivés en masse mardi 6 septembre après-midi, à bord de plusieurs centaines de motos.

La branche sahélienne du groupe terroriste est à l'offensive depuis le mois de mars dans le nord-est du Mali, la mission des Nations unies dans le pays estime qu'elle a pris le contrôle de trois cercles sur quatre dans la région de Ménaka. Mais Talataye était toujours aux mains du groupe jihadiste rival, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (Jnim, dans son acronyme arabe) – plus précisément d'Ansar Dine et des katibas affiliées à al-Qaïda au Maghreb islamique, membres du Jnim.

De nombreux morts dans les attaques entre EIGS, Jnim et MSA

Le MSA indique avoir contribué à l'évacuation de certains habitants avec ses véhicules.


Lire la suite sur RFI