Mali: appel à 48 h de désobéissance civile dans la région de Gao contre l'insécurité

Souleymane AG ANARA / AFP

Après un collectif de la société civile d’Ansongo dans le nord, cette fois-ci ce sont les trois principales centrales syndicales du Mali qui appellent à compter de ce mardi, à 48 heures de désobéissance civile dans toute la région de Gao. Le but est de dénoncer l’insécurité et pour demander aux autorités maliennes de prendre les mesures qui s’imposent.

Les représentants dans le Nord des trois principales centrales syndicales du pays dont l’Union nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) sont vent debout contre l’Etat.

Dans un document co-signé, ils dénoncent l’insécurité grandissante dans le septentrion, rapporte notre correspondant à Dakar, Serge Daniel. Ces 48 heures de désobéissance civile dans toute la région de Gao, à compter de ce mardi 8 novembre, ne constituent qu’un avertissement avant de nouvelles actions, préviennent-ils.

Pendant deux jours, l’administration locale devrait être paralysée, les marchés et boutiques fermés, la circulation fortement réduite. Au nom des populations, les syndicalistes demandent ouvertement au gouvernement la mise en place d’une nouvelle riposte sécuritaire afin de permettre aux uns et aux autres de vaquer à leurs occupations.

À lire aussi : le nord du Mali à nouveau théâtre d’affrontements meurtriers entre groupes jihadistes

À lire aussi : 19 mois de captivité au Mali pour le journaliste français Olivier Dubois (enlevé à Gao le 8 avril 2021)


Lire la suite sur RFI