Mali: 317 civils tués en trois mois, selon la Minusma

La Mission des Nations unies au Mali (Minusma) a publié mercredi sa note trimestrielle sur les atteintes aux droits de l'homme, pour la période allant du 1er avril au 30 juin 2022. Quelque 682 incidents sécuritaires répertoriés en trois mois, 317 civils tués et 73 enlevés ou disparus. Selon le rapport onusien, ce sont les groupes terroristes jihadistes qui sont les principaux auteurs. L'armée malienne est les groupes d'autodéfense sont également pointés du doigt.

Les groupes jihadistes, à savoir la branche sahélienne du groupe État islamique et les différentes composantes du Jnim, le Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans, lié à al-Qaïda, sont responsables de 64% des victimes entre avril et juin 2022. Les forces armées maliennes de 26%.

La note de la Minusma revient sur une série d'évènements. Comme l'attaque de Diallassagou, région de Mopti. Attaque menée fin avril par la Katiba Macina du Jnim. L'armée malienne avait fait état de 132 civils tués. Un chiffre que la Minusma ne confirme pas, « aucun vestige de corps humain » n'ayant été retrouvé. Les enquêteurs onusiens rapportent en revanche l'enlèvement, ce jour-là, de 36 personnes, soupçonnées par les jihadistes d'être des chasseurs traditionnels dozos, qui les combattent.

►À lire aussi : Au Mali, le blocus jihadiste de Boni enfin levé


Lire la suite sur RFI