Mali : les États-Unis restituent plus de 900 artefacts pillés

·1 min de lecture
Un conteneur rempli de prétendues répliques d'œuvres, signalé en 2009, s’est révélé être une mine d’antiquités provenant du Mali.
Un conteneur rempli de prétendues répliques d'œuvres, signalé en 2009, s’est révélé être une mine d’antiquités provenant du Mali.

Les enquêteurs ont déclaré avoir pris connaissance des artefacts en 2009, lorsque les douanes américaines ont arrêté un conteneur qui arrivait à Houston. Le conteneur a été expédié aux États-Unis sous le prétexte qu?il contenait des répliques d?artefacts culturels. Mais les agents sont devenus méfiants lorsqu?ils ont compris que les objets qu?ils contenaient semblaient réels et que ces artefacts « étaient couverts de sang et de matières fécales, ce qui a envoyé des signaux d?alarme aux responsables du département du gouvernement fédéral des États-Unis sur une éventuelle contrebande d?antiquités », selon la sécurité intérieure. Lorsqu?ils ont approfondi leurs recherches, ils ont découvert que certains dataient de plusieurs millénaires. Parmi eux se trouvaient des urnes funéraires (vers 900-1700 après Jésus-Christ), des vases, des pierres, et des têtes de hache de la période néolithique.

À LIRE AUSSIBiens culturels mal acquis : le casse-tête de la restitution

Un long processus pour l?authentification des ?uvres pillées

L?agence a ensuite fait appel à Susan McIntosh, professeure à l?université Rice, au Texas, et experte en antiquités culturelles d?Afrique de l?Ouest, pour enquêter davantage. Elle a publié un rapport officiel en juin 2009 affirmant que les objets étaient en fait des objets authentiques volés. C?est à la suite de ce travail que le processus de rapatriement des artefacts a commencé. Une poignée d?objets ont été rendus entre 2011 et 2012, c?est la g [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles