Malgré les «vents contraires», Hamon garde le cap

Libération.fr

Concurrence de Macron et Mélenchon, programme difficilement audible, sondages en baisse… Le meeting de Bercy et le «Grand Débat» devaient relancer la campagne du candidat socialiste. En vain.

«Nous avons, ces dernières semaines, affronté des vents contraires, et même une forte houle. […] C’est peut-être un trait de caractère assez breton, mais je sais garder la nuque raide face à l’épreuve. Je tiens bon dans la tempête.» Près d’une semaine après avoir prononcé ces phrases en introduction de son discours de Bercy, Benoît Hamon est toujours pris dans le gros temps présidentiel. Les «vents contraires» continuent de souffler sur sa campagne : défections socialistes quotidiennes, débat télévisé à l’avantage d’Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon… A un mois du premier tour, Hamon est dans le dur. Le ballon d’oxygène que lui avait apporté sa victoire à la primaire de gauche est consommé.

Pour la première fois depuis le 29 janvier, le socialiste doit encaisser une série de sondages qui le placent sous son concurrent de La France insoumise (lire ci-contre). «Il est en train de se faire siphonner par Jean-Luc, alerte un haut responsable socialiste. Il faut mettre les bouchées doubles !» Hamon avait pourtant choisi de remettre du carburant dans une campagne qui patine depuis plusieurs semaines. Il avait décidé, la semaine dernière, d’enquiller trois moments forts : la présentation d’un projet de 198 propositions sous la forme d’un petit livret rouge et vert diffusé à 900 000 exemplaires, un grand discours - réussi - devant 20 000 personnes dans un Bercy enthousiaste avant le débat à cinq sur TF1. Mais l’absence d’effets dans les enquêtes d’opinion est venue doucher les espoirs du camp Hamon. «La remontada ne fonctionne pas… Si l’inversion des courbes devient durable, ça va devenir très dur», s’alarme un de ses soutiens.

Au lendemain de Bercy pourtant, l’euphorie régnait encore au QG. «Benoît a su s’inscrire dans un récit», souligne l’un de ses proches, l’eurodéputé Guillaume (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Mélenchon, leader à gauche ?
Procès de l’abattoir du Vigan : «Pas de chance, on a été filmés»
Le Drian annonce à des élus bretons son soutien à Macron
Le fils deale, la famille trinque
Photos de victimes d'attentats : ce que dit la loi française

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages