Malgré la pandémie, l’Opéra de Monte-Carlo maintient trois représentations de "Carmen" de Bizet

"L’amour est enfant de bohème, il n’a jamais connu de loi". L’air très célèbre de Carmen a été entonné ce vendredi 20 novembre à l’Opéra de Monaco. Mais si l’amour n’a pas de loi, la prévention, elle, impose des règles strictes en période de pandémie. Les spectateurs présents au Grimaldi Forum ont ainsi dû se soumettre à une classique et essentielle prise de température avant la représentation.Car ce vendredi, près de 700 résidents monégasques étaient invités pour l’occasion. Autant de spectateurs particulièrement heureux de pouvoir assister gratuitement à un spectacle physique en pleine crise sanitaire : "C’est fabuleux. On est vraiment très chanceux de pouvoir venir ce soir à l’opéra". Un spectacle programmé depuis trois ans L’Opéra de Monte-Carlo est aujourd’hui l’un des rares au monde à proposer des représentations publiques. Il faut dire que ce spectacle était programmé depuis trois ans. La direction de l’établissement se félicite d’avoir pu tenir cet engagement, même si le Covid a bien évidemment chamboulé les choses. "Nous n’avons plus joué depuis huit mois. C’est quand même dramatique. Et en plus, beaucoup de gens sont engagés. Des musiciens, des artistes du chœur, des solistes. Tous ces gens-là ont besoin d’être sur scène. C’est vital", explique Jean-Louis Grinda, directeur de l'Opéra depuis 2007. Des répétitions masquées Deux autres représentations de Carmen auront lieu ce dimanche 22 et mardi 24 novembre au Grimaldi Forum. Trois semaines de répétition ont été nécessaires pour que tout soit prêt. Des répétitions un peu particulières, durant lesquelles les choristes ont notamment dû garder leurs masques. Organiser un évènement d’une telle ampleur demande quelques sacrifices. "Se produire avec des protocoles sanitaires très stricts, des tests de tout le monde toutes les semaines, c’est fondamental. C’est bien, on y est arrivés, et ceci, on le doit à l’implication de chacun des protagonistes, que ce soit les techniciens ou les artistes", explique celui qui a également signé la mise en scène de cette version de Carmen.Ce vendredi, les 700 admirateurs ont donc se délecter de l’œuvre de Bizet portée notamment par la mezzo-soprano Aude Extrémo dans le rôle principal et le ténor monégasque, Jean-François Borras. Si un frisson a parcouru la salle ce vendredi, cette fièvre n’avait rien à voir avec le coronavirus. Sur scène, l’opéra de Bizet a propagé une émotion contagieuse.