Malgré une majorité de Sénateurs pour sa condamnation, Trump acquitté une deuxième fois

·2 min de lecture

Si les sénateurs ont été une majorité --57 sur 100-- à se prononcer pour une condamnation du milliardaire, l'ancien président des Etats-Unis y échappe - il fallait les deux-tiers de la chambre haute pour parvenir à un verdict de culpabilité.

Pour la deuxième fois acquitté. L'ex-président américain Donald Trump a échappé samedi à un verdict de culpabilité à l'issue d'un procès historique devant le Sénat américain, qui le jugeait pour son rôle dans les violences du 6 janvier au Capitole. Les sénateurs ont été une majorité --57 sur 100-- à se prononcer pour une condamnation du milliardaire. Mais il aurait fallu les deux-tiers de la chambre haute pour parvenir à un verdict de culpabilité qui aurait pu être suivi d'une peine d'inéligibilité. Le socle des élus républicains a tenu, ce qui montre l'emprise que Donald Trump conserve sur le parti.

"Notre mouvement magnifique, historique et patriotique, Make America Great Again, ne fait que commencer", a réagi M. Trump dans un communiqué, se posant une nouvelle fois en victime d'une "chasse aux sorcières". Pour Donald Trump, il s'agit d'un deuxième acquittement en autant de procédures de destitution. Un cas unique dans l'histoire des Etats-Unis.

Donald Trump prend date

Dans sa première réaction à ce verdict, l'ex-président de 74 ans a pris date pour l'avenir. "Dans les mois qui viennent, j'aurai beaucoup de choses à partager avec vous et suis impatient de continuer notre incroyable aventure pour la grandeur de l'Amérique", a-t-il dit.

Lire aussi : Donald Trump pourrait vivre à Mar-a-Lago en tant qu'"employé"

Mais pour certains républicains, la séquence politique commencée en novembre avec la contestation de la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle et qui a culminé avec les événements du Capitole laisse un goût amer. Chef influent des républicain du Sénat, Mitch McConnell incarne à la perfection ce malaise.

Soutien de Donald Trump pendant les quatre années de sa présidence, il n'a pas rejoint ses sept(...)


Lire la suite sur Paris Match