Malgré "l'horreur" des derniers féminicides, "les choses progressent", assure Elisabeth Moreno

·1 min de lecture

Invitée samedi d'Europe 1, Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, est revenue sur la terrible série de féminicides de ces dernières semaines. Malgré "l'horreur" de ces drames, "les choses progressent" en France, estime-t-elle.

L'Etat peut-il faire mieux pour prévenir les violences faites aux femmes ? Ces dernières semaines, une série de drames, avec par exemple trois féminicides ou tentative de féminicide dans le Grand Est en moins de deux semaines, ont relancé le débat sur les insuffisances des dispositifs actuels. Invitée samedi d'Europe 1, Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a fait part de son "horreur" face à ces actes "monstrueux", mais assure qu'en France, "les choses progressent".

"Les féminicides récents sont absolument monstrueux et inhumains", réagit la ministre déléguée, et "ils démontrent toute la brutalité des auteurs de violences intrafamiliales". Mais la membre du gouvernement tient à dire aux femmes potentiellement concernées qu'il n'y a "pas de fatalité".

"Il faut aussi parler des femmes qui sont sauvées"

"Ces féminicides récents peuvent faire peur, et faire penser qu'il y en a plus, mais ce n'est pas le cas", dit-elle. Car si "un féminicide est un féminicide de trop", "les choses progressent" en France, assure-t-elle, rappelant qu'en 2020, le nombre de féminicides était en baisse.

"On parle de ces femmes assassinées parce que c'est totalement abject, mais il faut aussi parler de toutes celles qui sont sauvées, qui se reconstruisent, et qui reprennent une vie normale", poursuit Elisabeth Moreno.(...)

Retrouvez cet article sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles