Malgré l’enlisement dans la crise, l’Asean maintient le statu quo sur la Birmanie

AP - Anupam Nath

En Birmanie, la situation ne montre aucun signe d’amélioration depuis le coup d’État militaire de février 2021 qui a plongé le pays dans une guerre civile. La junte militaire qui dirige le pays est aujourd’hui tenue à l’écart des principaux sommets de l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est (Asean). Et notamment des sommets en cours à Phnom Penh au Cambodge.

Avec notre correspondante à Phnom Pehn, Juliette Buchez

Malgré l’enlisement de la crise, l’Asean maintient le statu quo, mais elle laisse entrevoir quelques changements possibles dans son approche de la crise birmane.

L’Asean n’est pas connue pour ses prises de positions clivantes, en particulier quand elles concernent ses membres. Le bloc régional repose notamment sur le strict respect du principe de non-ingérence. Pour autant, l’Asean s’est imposée comme l’un des médiateurs dans le conflit birman avec l’adoption en avril 2021 d’un consensus en cinq points pour mettre fin aux violences. Dans une déclaration publiée à l’occasion du sommet de Phnom Penh aujourd’hui, l’Asean reconnait néanmoins le peu de progrès fait dans ce sens.

Affirmation de l'appartenance de la Birmanie à l’Asean

La déclaration réaffirme l’appartenance de la Birmanie à l’Asean et son engagement à assister le pays pour trouver une solution pacifique à la crise. L’Asean conserve aussi le consensus en cinq points comme objectif à atteindre.


Lire la suite sur RFI