Pour espérer un remboursement de son Navigo, mieux vaut le renouveler malgré les grèves

Dans les transports franciliens, la situation est particulièrement compliquée pour les usagers depuis le début du mouvement d'opposition à la réforme des retraites. 

TRANSPORTS - Sur les réseaux sociaux, la question revient inlassablement. En cette nouvelle année, et donc en ce début du mois de janvier, faut-il renouveler son pass Navigo alors que la grève contre la réforme des retraites continue à perturber le trafic dans les transports franciliens? 

Depuis le début du mouvement, certaines lignes de métro opérées par la RATP comme la 3 ou la 12 n’ont par exemple presque jamais fonctionné. Ce qui pousse de nombreux usagers à s’interroger sur l’utilité de verser les 75,20 euros requis pour une carte de transports fréquemment inepte. 

Pourtant, mieux vaut renouveler ce mois encore votre carte. En effet, si la RATP n’a pour l’heure pu procéder à des remboursements pour compenser la paralysie des transports depuis le début de la grève, le 5 décembre, elle le fera une fois le mouvement officiellement terminé. 

Un remboursement tardif à prévoir

En ce sens, mieux vaut payer un pass Navigo qui ne servira certes pas autant qu’en temps normal, mais qui sera remboursé, que de payer occasionnellement des tickets qui, eux, ne pourront être compensés. 

Comme de coutume dans ce genre de circonstance, et comme le contrat liant la Régie autonome des Transports parisiens à la branche Mobilités de la région Île-de-France le stipule, la RATP devra effectivement dédommager ses clients au terme du mouvement social, une fois que le plan de transport définitif aura été établi. 

Pour ce faire, un site Internet sera mis en place au terme de la grève sur lequel les usagers lésés pourront faire valoir leur demande de dédommagement. En clair: dans les transports franciliens et comme depuis le début du mouvement, mieux vaut prendre son mal en patience. 

À voir également sur le HuffPost: Manon, 14 ans, demande à Sibeth Ndiaye si elle pourra retourner chez elle avec la grève

LIRE AUSSI:

Retrouvez cet article sur le Huffington Post