Malgré les galères, Jean Le Cam retient les moments "magiques" du Vendée Globe

·1 min de lecture

Pour lui, c'était plus qu'une course. Jean Le Cam, arrivé jeudi soir aux Sables-d'Olonne au terme de ce Vendée Globe exceptionnel, a vécu des moments "insoutenables" pendant deux mois et demi. Il termine finalement quatrième. "Je voulais prendre la place du con pour que quelqu'un ne la prenne pas à ma place." Le skipper de "Yes We Cam !" raconte, vendredi soir, au micro d'Europe 1, toutes les galères qu'il a rencontrées durant ce marathon des mers. Il évoque aussi la belle leçon d'humanité et les moments "magiques" qu'il retient de cette période, de laquelle il ressort avec une cote cassée.

 

>> Retrouvez toutes les interviews en replay et en podcast ici

 

Un Vendée Globe de contrastes

Lors de son arrivée dans le chenal, aux Sables-d'Olonne, Jean Le Cam a été accueilli par la chanson Que je t'aime, de Johnny Hallyday, légende qu'il adule. "Faut-il connaître la haine pour connaître l'amour ?", y dit le chanteur. Ce sont des belles paroles sorti du contexte de Johnny Hallyday. Pour nous, le Vendée Globe, ce sont des contrastes. Je me suis largement questionné : 'Est-ce qu'il faut connaître le mal pour connaître le bien ?' Ces questions-là, tu te les poses profondément quand tu viens de faire ce qu'on vient de faire."

Pas un mot sur l'avarie

Ce qu'il vient de faire, c'est une course folle, avec de nombreux rebondissements. Il y a évidemment le sauvetage de Kevin Escoffier, le 30 novembre, au large du Cap de Bonne-Espérance. Il y a aussi cette avarie qu'il a connu sur la coque...


Lire la suite sur Europe1