Malgré les condamnations, ces fidèles de Sarkozy toujours au rendez-vous

·2 min de lecture

POLITIQUE - Rien ne les ébranle. Samedi 2 octobre, les plus fidèles des sympathisants de Nicolas Sarkozy se sont rués à la librairie Lamartine, dans le chic 16e arrondissement de Paris, pour une séance de dédicaces de l’ancien président de la République, après la sortie de son livre Promenades (Herscher, 2021).

Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo en tête d’article, la nouvelle condamnation de l’homme politique à de la prison ferme, deux jours plus tôt, cette fois-ci pour “financement illégal” de campagne”, n’a pas affecté la popularité de ses traditionnelles rencontres avec ses lecteurs. À son arrivée, Nicolas Sarkozy s’est même offert un bain de foule à travers les dizaines de personnes qui attendaient à l’extérieur.

Au micro du HuffPost, ces soutiens expliquent pourquoi ils restent des inconditionnels de l’ex-chef de l’État, malgré ses deux condamnations en moins d’un an, sans compter les soupçons de financement libyen qui pèsent sur sa campagne de 2007.

Il était tellement pris par la passion de sa campagne qu'il n'a pas fait attention.Alain, sympathisant de Nicolas Sarkozy

“C’est très émouvant et en même temps très rassurant sur l’état d’esprit du pays, sur le fait que les gens ne sont dupes de rien (...) ils ont compris”, a commenté l’ancien chef de l’État face aux nombreuses caméras de télévision sur place. Il s’agissait de sa première expression en public depuis sa condamnation. Dans un message sur les réseaux sociaux jeudi, il avait dénoncé “une injustice” et promis d’aller “jusqu’au bout” pour “poursuivre ce combat si nécessaire pour la vérité et pour la justice”.

Comme lors de la condamnation pour corruption et trafic d’influence en mars dernier, Nicolas Sarkozy et ses avocats ont annoncé cette semaine avoir fait appel de cette nouvelle décision de justice. Ce dernier bénéficie donc de la présomption d’innocence jusqu’à la fin de la procédure.

Depuis jeudi, l’homme politique a reçu de nombreux messages de soutiens à droite et même du gouvernement. Le premier ministre Jean Castex, son ancien secrétaire général adjoint de la présidence de la République en 2011 et 2012, lui a apporté son “amitié et affection” sur le plateau de TF1. “J’ai travaillé auprès de lui pendant près de deux ans et je sais l’engagement qui a été le sien pour notre pays”, a-t-il rappelé.

À voir également sur Le HuffPost : Condamnation de Nicolas Sarkozy: l’affaire Bygmalion résumée en deux minutes

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles