Malgré une année 2020 record, Tesla subit des vents contraires en Allemagne

·1 min de lecture

C'est une journée historique pour la marque Tesla : le constructeur américain 100% électrique va intégrer l'indice boursier S&P 500, qui regroupe les 500 plus grandes entreprises de la place new yorkaise, avec une arrivée fracassante dans le top 10. Cette année, le cours de Tesla a flambé. Alors, comment expliquer ce phénomène ? Combien Tesla vend-il réellement de voitures ? Et quels sont les futurs projets d'Elon Musk ? Europe 1 s'est penchée sur l'une des rares entreprises à avoir bénéficié de 2020.

En 2020, Tesla est en effet devenu un phénomène boursier. L'action s'est envolée de 680% cette année pour peser plus de 600 milliards de dollars aujourd'hui. Dans l'automobile, cela représente plus que Volkswagen, Toyota, General Motors, Fiat-Chrysler, Honda et Ford réunis.

Un décalage entre l'engouement et les ventes

Tout le paradoxe réside dans le fait que Tesla ne va vendre "que" 400.000 voitures en 2020. Cela n'a rien à voir avec les constructeurs historiques : le groupe Volkswagen a écoulé 11 millions de voitures en 2019 et Renault, seul, représente près de 4 millions de véhicules, soit dix fois plus que Tesla. Pour expliquer ce décalage, les spécialistes avancent que les marchés achètent une vision et l'image futuriste de l'entreprise. On se souvient de la Tesla envoyée dans l'espace par SpaceX, propriété également d'Elon Musk, en février 2018.

Ce qui rend aujourd'hui Tesla crédible, c'est aussi la technologie et l'avance prise sur l'électrique. Goldman Sachs estime que la ...


Lire la suite sur Europe1