Le Malawi secoué par le suicide d'un ancien vice-président de l'Assemblée nationale

·1 min de lecture

Jeudi 30 septembre, Clement Chiwaya, ancien vice-président de l’Assemblée nationale, s’est tiré une balle dans la tête à l’intérieur du Parlement. Cet homme de 50 ans en fauteuil roulant s’y était rendu pour une réunion. Le porte-parole de l’assemblée a confirmé son suicide.

Dans sa lettre de suicide, Clement Chiwaya explique vouloir se venger du parlement, qui l’aurait, selon lui, réduit à la mendicité.

Depuis deux ans, l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale demandait à être dédommagé pour les dégâts subis par sa voiture officielle, rachetée en 2019 lors de sa retraite. Sans succès, il avait même porté l’affaire devant un tribunal.

Dépression sévère

Jeudi, le responsable a tenté de nouveau de faire valoir ses indemnités auprès de la greffière du parlement. La réunion a viré au drame. D’après un communiqué officiel, Chiwaya s’est suicidé après avoir caché son arme à feu dans son fauteuil roulant.

Son décès émeut jusqu’au citoyen lambda

Malade depuis des années du syndrome post-polio, sa santé physique, mais aussi mentale, s’était dégradée. Sa mort a suscité une vive émotion au Malawi, explique l’universitaire Mpambira Kambewa :

« C’est le cas le plus médiatisé que nous avons vu jusqu’à présent et nous sommes choqués. Son suicide a remis l’accent sur la question de la santé mentale, sujet déjà en vogue en raison du nombre croissant de suicides liés à la pandémie de Covid-19. Les gens sont très choqués, presque tout le monde dans notre société est sous le coup de l’émotion : ses collègues, les membres de son parti politique, ceux de l’opposition, son décès émeut jusqu’au citoyen lambda. »

Député depuis 2004, avant de devenir vice-président du parlement, Chiwaya se serait endetté, expliquent les experts, ce qui l’aurait fait glisser dans une dépression sévère. Il laisse derrière lui sa femme, Sullea, et ses cinq enfants.

►À écouter aussi : Priorité santé - Prévention du suicide

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles