Malawi : premier test grandeur nature d'un vaccin contre le paludisme, maladie parasitaire mortelle

franceinfo avec AFP
Avec le Ghana et le Kenya, le Malawi, petit pays enclavé au sud-est de l'Afrique, fait partie d'un programme pilote en vue de tester un vaccin contre la malaria. Il s'agit du sérum expérimental le plus avancé à ce jour contre cette maladie à l'origine de plusieurs centaines de milliers de morts chaque année en Afrique.

C'est l'aboutissement de plus de trente ans de travaux et d'un investissement d'un milliard de dollars. La campagne de vaccination contre le paludisme, qui débute le 23 avril 2019 dans la capitale malawite Lilongwe, vise à confirmer l'efficacité d'un sérum sur des enfants âgés de moins de 2 ans, les plus vulnérables face à l'infection.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) espère vacciner 120 000 enfants dans chacun de ces trois pays d'ici à 2020. Baptisé "Mosquirix" ou RTS,S, le vaccin a été développé par le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline et l'ONG Path. Il a été financé par l'Alliance du vaccin (Gavi), le Fonds mondial de lutte contre le sida et le paludisme, et l'Unicef.

L'Afrique est de très loin le continent le plus touché

Lors des essais préliminaires menés de 2009 à 2015, le vaccin n'a permis de réduire que de 39% le nombre d'épisodes paludiques chez les enfants de 17 mois à 5 ans. Mais, malgré son efficacité relative, chercheurs et autorités sanitaires espèrent que, associé aux moyens de prévention tels que les moustiquaires imprégnées de répulsif, il permettra de réduire significativement le nombre de victimes.

Selon les statistiques de l'OMS, l'Afrique est de très loin le continent le plus touché par le paludisme, avec 90% des 435 000 personnes tuées dans le monde en 2017 par cette maladie, transmise par des moustiques.

Les enfants âgés de moins de 5 ans représentent plus des deux tiers de ces décès.
"La malaria (...)


Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi