Malawi : Martha Chizuma, une croisée opiniâtre contre la corruption qui mine son pays

franceinfo avec AFP

Pour un peu, elle passerait inaperçue. Petite taille, voix douce, regard cerclé de larges lunettes, Martha Chizuma, 40 ans, cultive la discrétion. Une retenue qui ne l'a pas empêchée de devenir, depuis sa nomination fin 2015, le fer de lance de la lutte contre la corruption des autorités du Malawi. Deuxième femme à occuper le poste de médiatrice de l'Etat – elle pourra se représenter une seule fois –, elle raconte à l'AFP comment ses débuts ont été ignorés par le gouvernement de Peter Mutharika, lequel s'était pourtant représenté à la présidentielle du printemps 2019 comme un "rempart contre la corruption".

Il y a eu des moments où ceux sur qui j'enquêtais me regardaient de haut à cause de mon âge et de mon sexe

Martha Chizuma, médiatrice de l'Etat

à l'AFP

La magistrate se remémore ses débuts avec amusement. "Maintenant, j'ai dépassé tout ça. A tel point que quand je suis confrontée à ce type de personnes, je suis plutôt désolée pour elles", dit-elle, philosophe. Leur attitude prouve qu'elles n'ont rien d'autre à offrir que leur sectarisme."

Ses investigations tous azimuts ont fait de sa fonction le porte-drapeau du combat contre la corruption qui gangrène le Malawi, petit pays pauvre d'Afrique australe, et contre l'impunité dont ceux qui le dirigent continuent à largement bénéficier. "J'ai (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi