Malakoff : malaise à l’école après le passage d’étranges rôdeurs

Ariane Riou
Malakoff, le 12 octobre 2017. La semaine dernière, un homme barbu et une femme voilée ont été surpris en train de prendre des photos de la cour de récréation de l'école élémentaire Cogniot

Vendredi dernier, un homme barbu et une femme voilée ont pris des photos de la cour de récréation. Suffisant pour causer l’émoi parmi les parents. La mairie se veut rassurante.


Le malaise est tangible au sein du groupe scolaire Georges-Cogniot, à Malakoff. Postés derrière la grille, un homme barbu et une femme voilée ont pris des photos de la cour de l’école élémentaire, pendant la récréation du matin vendredi dernier. Intrigué, un employé de l’établissement les a interpellés. Mais le couple a décampé, sans donner d’explications.

Depuis, bon nombre de parents s’interrogent. « Je suis inquiet, reconnaît Yvan, père d’un garçon en CM2. La cour donne sur la rue... Et mon fils m’en parle encore. » « Dans cette école, la sécurité est un peu légère », rebondit Denis, père de 39 ans.

Laure paraît moins angoissée. « J’essaie de ne pas être trop flippée par ce genre de choses. On n’a pas beaucoup d’informations mais je fais confiance au corps enseignant. » « Il s’agissait peut-être d’un couple qui a un enfant scolarisé dans l’école, qui voulait le prendre en photo », veut croire Isabelle, dont la fille est en classe de CP.

Une école marquée par l’attentat de Montrouge en 2015

Cette curieuse visite ravive tout de même de douloureux souvenirs. En janvier 2015, les élèves avaient été confinés dans leurs classes, juste après l’assassinat de la policière municipale Clarissa Jean-Philippe, abattue par le terroriste Amedy Coulibaly, à Montrouge, à quelques rues de l’école Cogniot. « On avait été secoués », se souvient un parent d’élève. « Ma fille est passée dix minutes avant le drame à cet endroit... Alors oui, aujourd’hui, j’ai peur ! », clame une mère de famille.

Depuis l’incident de vendredi, deux réunions ont été organisées à l’école - une lundi et une mercredi - entre représentants des parents d’élèves, mairie, inspection académique et police nationale.

Il n’y a pas d’enquête judiciaire formellement ouverte. Mais des investigations, menées par le commissariat local, sont (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Malakoff : grand week-end solidaire pour les Antilles
Paris : samedi, deuxième édition du Banquet des pains
Hauts-de-Seine : la taxe foncière a progressé en moyenne de 15 % en cinq ans
Paris : le Pasteurdon tourne avec Lelouch
Hauts-de-Seine : la fin des contrats aidés alarme associations et élus

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages