Malaise dans la police après la découverte de propos racistes sur les réseaux sociaux

C'est une nouvelle affaire très embarrassante alors que plusieurs manifestations ont lieu contre les violences policières. Des messages racistes ont été relevés dans un groupe Facebook regroupant des milliers de policiers et quelques gendarmes. Et ces pratiques semblent y être monnaie courante. Le groupe, toujours ouvert samedi 6 juin, a été mis à jour par Street Press et a déclenché une réponse du ministère de l'Intérieur, qui a saisi la justice.Le parquet saisi de l'affaire Sur le groupe ouvert depuis quatre ans, on retrouve des propos racistes mais aussi sexistes et homophobes, ce que dénoncent les syndicats de police. "Il peut y avoir des personnes qui ont des tendances à caractère racistes, xénophobes, antisémites, discriminatoires, et ils doivent faire l'objet de sanctions. Parce qu'ils n'ont pas leur place, effectivement, au sein de la police nationale", assure Stanislas Gaudon du syndicat Alliance police. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris.