Maladie de Parkinson : faire souvent des cauchemars pourrait être un premier signe

Plus de 160 000 Français souffrent de la maladie de Parkinson, une pathologie qui se caractérise par la destruction de certains neurones du cerveau et par l'accumulation d'amas toxiques pour les cellules nerveuses. Il s'agit de la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente en France après la maladie d'Alzheimer : chaque année, 25 000 nouveaux cas sont diagnostiqués.

Selon certaines études scientifiques, des signes permettraient de "prédire" la survenue de cette pathologie. Ainsi, d'après une récente étude réalisée par la University of Birmingham (en Angleterre), les personnes qui font régulièrement des cauchemars présenteraient un risque accru de développer la maladie de Parkinson avec l'âge.

Un diagnostic de Parkinson qui survient environ sous 5 ans

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs britanniques ont suivi pendant 12 ans un groupe de 3818 volontaires, des hommes américains âgés de 67 ans et plus. Au terme de cette période, 91 cas de Parkinson ont été diagnostiqués.

Verdict ? D'après les scientifiques (qui ont publié leurs travaux dans la revue spécialisée eClinicalMedicine), les hommes qui font des cauchemars ou des "mauvais rêves" plus d'1 fois par semaine auraient un risque 2 fois supérieur de se voir diagnostiquer la maladie de Parkinson sous 5 ans.

Les premiers symptômes de la maladie de Parkinson incluent de l'akinésie (c'est-à-dire : une lenteur d'exécution des mouvements, une marche anormalement lente par exemple), (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Fracture du poignet : causes, diagnostic, traitement
La pollution sonore affecte le développement cognitif des enfants, selon une étude
Cancer de la prostate : faut-il arrêter de boire du lait ?
De l'ecstasy dans des bouteilles de champagne ? Non, ce n'est pas une blague
Cancer de la peau : un aliment courant augmente le risque de mélanome

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles