"La maladie des loisirs", l'étrange mal qui frappe souvent... au début des vacances

·2 min de lecture
Close-up of a young woman rubbing irritated sensitive eyes on the beach, allergy reaction

Au début des vacances, certaines personnes sont toujours malades. Un phénomène baptisé la "maladie des loisirs", comme le détaille La Dépêche.

Elles ont été particulièrement attendues cette année, les vacances sont enfin là pour de très nombreux Français. Entre les repas au soleil, les séjours au bord de la mer et les sorties en famille, le programme est bien rempli. Pourtant, de nombreuses personnes assurent ressentir certains symptômes plutôt désagréables au début de cette pause estivale.

Lundi 19 juillet, La Dépêche s’est attardée sur les signes les plus souvent évoqués : maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, etc. Il pourrait bien s’agir de la "maladie des loisirs". Généralement, ces symptômes se déclarent au début des vacances, ou même du week-end, comme une manière pour le corps de se relâcher. Et ce phénomène a même été nommé par un psychologue néerlandais comme le "leisure sickness", explique le journal. Ce phénomène désigne le trop-plein de stress enduré par l’organisme. Si le stress concerne le voyage, il devrait vite se dissiper une fois les vacances enclenchées.

Comme le détaille le quotidien, une étude publiée en 2002 estimait alors qu’environ 3% des personnes ressentait "maux de tête/migraines, fatigue, douleurs musculaires et nausées" à la fin d’une période travail. Des symptômes qui se manifestent principalement chez ceux qui ont une "charge de travail élevée". Toutefois, aucune étude scientifique ne confirme ces observations.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "En respectant la règle des quatre S, 70% des risques de migraine disparaissent"

Des symptômes physiques, émotionnels et intellectuels

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) travaille depuis plusieurs années autour de stress chronique déclenché par le travail. L’Inrs alerte sur la présence de symptômes physiques comme des "douleurs (coliques, maux de tête, douleurs musculaires, articulaires, etc.), troubles du sommeil, de l'appétit et de la digestion, sensations d'essoufflement ou d'oppression, sueurs inhabituelles". Elle pointe également l’existence de symptômes émotionnels parmi lesquels la "sensibilité et nervosité accrues, crises de larmes, angoisse, excitation, tristesse, sensation de mal-être". Enfin, il existe des symptômes intellectuels dont la perturbation de la concentration entraînant des erreurs et des oublis, difficultés à prendre des initiatives ou des décisions. 

Des manifestations loin d’être anodines puisqu’elles ont des "répercussions sur les comportements : recours à des produits calmants ou excitants (café, tabac, alcool, somnifères, anxiolytiques, stupéfiants), repli sur soi, difficultés à coopérer, diminution des activités sociales, agressivité".

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles