Maladie du foie gras : elle augmenterait le risque de troubles cérébraux

![CDATA[Shutterstock / mi_viri]]

Jusqu'à 80% des personnes qui souffrent d'obésité morbide (IMC > 40 kg/m²) pourraient être touchées par une stéatose hépatique non alcoolique, aussi appelée "maladie du foie gras".

Récemment, une étude parue dans Journal of Hepatology menée par l'Inserm, l'Université de Poitiers, l'Institut d'Hépatologie Robert Williams du King's College et l'Université de Lausanne souligne le lien entre accumulation de graisse dans le foie et troubles neurologiques. Explications.

Comment le foie et le cerveau pourraient-ils communiquer à ce point ? Les chercheurs notent que "l'accumulation de graisse dans le foie entraîne une diminution de l'oxygène dans le cerveau et une inflammation des tissus cérébraux - deux phénomènes associés à une augmentation du risque de maladies neurologiques graves comme par exemple la démence".

Le rôle d'une protéine en particulier

Pour en arriver à cette observation, deux groupes de modèles animaux ont été étudiés, avec deux régimes. L'un avait 10% de matières grasses dans son alimentation, l'autre 55%. Au bout de 16 semaines, leurs foies et cerveaux ont été étudiés. Dans le groupe avec l'alimentation la plus grasse ont été détectés des stéatoses hépatiques, mais aussi des troubles du comportement qui résultaient d'un dysfonctionnement cérébral. Leurs cerveaux étaient moins oxygnénés que les autres souris.

L'explication des chercheurs ? "La maladie réduirait le nombre et le diamètre des vaisseaux sanguins cérébraux, (...)

Lire la suite sur Topsante.com

CHIFFRES COVID FRANCE. Ce 17 novembre 2022 : cas, décès, les infos du jour en direct
Emphysème : il est plus fréquent chez les fumeurs de cannabis que chez les fumeurs de tabac
Troubles anxieux : la méditation en pleine conscience aussi efficace que les antidépresseurs
Diabète : pourquoi il vaut mieux vivre à la campagne qu'en ville ?
Cancer et métastases : faire des exercices en aérobie réduit le risque