Maladie de Charcot : un traitement dit “révolutionnaire” redonne espoir aux malades

Dans le cadre de la recherche sur la maladie de Charcot, des chercheurs lillois ont mis au point un traitement unique en son genre qui redonne du baume au cœur à des milliers de malades condamnés.

Doctor, microscope and analysis in lab for medical study, scientific innovation and stem cell research. Indian man, investigation and experiment with biotechnology for dna, exam or test for bacteria

C’est un espoir pour des milliers de personnes. L'équipe du professeur David Devos, neurologue et pharmacologue au CHU de Lille, est en passe de révolutionner la façon de traiter la maladie de Charcot aussi appelée Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA). Après des années de recherche, il a mis au point un nouveau traitement, actuellement en phase de test sur les animaux, qui consiste à injecter l’intérieur de plaquettes sanguines directement dans le cerveau du malade. Un traitement qui a offert aux souris des "pouvoirs de réparation extrêmement élevés".

“Aujourd'hui, personne n'utilise seulement l'intérieur des plaquettes sanguines. En Asie, ils utilisent beaucoup les plaquettes mais avec le plasma, pour réparer les grands brûlés par exemple”, expliqué David Devos à France 3.

Très optimiste, il s’est dit “condamné au succès” dans les colonnes de La Voix du Nord. Selon les dernières informations rapportées, il devrait entrer en phase d'essai thérapeutique sur un petit groupe de patients d'ici 2026-2027 avec comme objectif de "doubler l'espérance de vie des malades", ceux qui ne sont pas encore en fauteuil roulant. “L'objectif, c'est de ralentir les premiers stades de la maladie pour permettre aux personnes d'être plus autonomes”, a-t-il ajouté tout en partageant les prochaines échéances.

VIDÉO - Olivier Goy, atteint de la maladie de Charcot : "Il me reste deux ans à vivre, je n’ai pas dit mon dernier mot"

“Les essais thérapeutiques vont durer 2 à 3 ans. Ensuite, une deuxième étude sur un plus grand nombre de personnes sera menée. Pour espérer d'ici une dizaine d'années avoir une autorisation de mise sur le marché pour traiter toutes les personnes dans le monde”.

Pour rappel, la maladie de Charcot est la plus fréquente des maladies du neurone moteur. Elle se caractérise par une perte progressive des neurones moteurs du cerveau et de la moelle épinière. La survie, quoique très variable, est généralement de 3-4 ans après le début des symptômes, le plus souvent par insuffisance respiratoire. Néanmoins, 10% des patients peuvent vivre plus de 10 ans.

À LIRE AUSSI >> Qu'est ce que la sclérose latérale amyotrophique dont souffre Charles Biétry ?

Pour rappel, à ce jour, il n'existe aucun traitement curatif de la SLA. Le riluzole est le seul médicament approuvé pour son action sur l'évolution de la maladie de Charcot.