Maladie d'Alzheimer : la piste des ultrasons

·2 min de lecture

Une nouvelle thérapie est à l'essai, les ultrasons. Ils ouvriraient la barrière cellulaire qui protège le cerveau pour le débarrasser des protéines toxiques liées à la maladie d'Alzheimer. Cet article a valu à notre journaliste Elena Sender le Prix média du dispositif médical 2021.

Pour cet article publié en septembre 2020 dans le , notre journaliste Elena Sender a reçu le 30 juin 2021 le Prix média du dispositif médical (catégorie "prix spécial du jury").

Sésame ouvre-toi ! Et si, grâce aux ultrasons, il devenait possible d'avoir accès au cerveau des patients atteints de la maladie d'Alzheimer pour le "nettoyer" des protéines toxiques impliquées dans la maladie ? Cette idée révolutionnaire fait actuellement l'objet de quelques essais cliniques à travers le monde. En France, une première étude vient de s'achever à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Sous la houlette du Pr Alexandre Carpentier, chef du service de neurochirurgie, dix patients atteints par cette pathologie qui aboutit à la mort progressive des neurones - et qui touche en France près de un million de personnes - ont été traités de la sorte. Pour l'instant il ne s'agit que d'une étude préliminaire (dite de phase I), afin de tester la faisabilité et la sécurité de la procédure, mais elle marque un jalon dans la course contre cette maladie qui demeure incurable, malgré l'espoir récent qu'a suscité le succès, certes modeste, d'un médicament (lire l'interview en fin d'article).

La maladie d'Alzheimer est caractérisée par des troubles de la mémoire récente, une perte progressive des facultés cognitives et de l'autonomie, elle est associée à la présence dans le cerveau de plaques amyloïdes et de dégénérescences neurofibrillaires due la protéine Tau.

Une ouverture temporaire et réversible

Pour comprendre il faut savoir que notre cerveau est sous bonne garde, protégé par la barrière hémato-encéphalique (BHE) : une couche de cellules collées-serrées autour des vaisseaux sanguins cérébraux, qui empêche l'entrée en provenance du sang de toutes les molécules d'une taille (poids moléculaire) supérieure à 500 daltons (Da), c'est-à-dire 95 % d'entre elles. La BHE est, de surcroît, une super-nettoyeuse, débarrassant les neurones de leurs déchets, notamment les peptides amyloïdes-bêta qui, [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles