Maladie d’Alzheimer : quels souvenirs se perdent en premier ?

·2 min de lecture
Plus de 200 000 nouveaux cas de la maladie d’Alzheimer sont diagnostiqués chaque année en France.

La perte de mémoire constitue souvent l’un des premiers signes d’apparition de la maladie d’Alzheimer. Explications.

Plus de 200 000 nouveaux cas de la maladie d’Alzheimer sont diagnostiqués chaque année en France. Perte d’objet, troubles du langage, pertes de mémoire, difficultés à accomplir certaines tâches au quotidien : certains signes laissent craindre l’apparition de cette démence neurodégénérative.

Le trouble de la mémoire constitue généralement le plus perceptible des signes associés à la maladie d’Alzheimer. La mémoire se décompose en plusieurs fonctions, elles ne sont pas toutes altérées au même niveau et au même moment de la maladie. Grâce à une analyse réalisée par des spécialistes en neuropsychologie, La Tribune s’est intéressée aux différents types de souvenirs touchés par cette maladie.

Mémoire épisodique et sémantique

Généralement, c’est la mémoire épisodique qui est la plus touchée, c’est-à-dire celle qui désigne la mémorisation de certains événements comme des dates d’anniversaire, des mariages, etc. Les patients oublient aussi certains moments vécus ou des conversations engagées avec d’autres personnes : "C’est ce type de mémoire qui est le plus souvent testé en neuropsychologie lors de l’évaluation de la démence, et c’est aussi ce type de mémoire qui est étudié dans la grande majorité des recherches portant sur la maladie d’Alzheimer", notent les auteurs de cette étude.

La mémoire sémantique est également impactée par la maladie. En effet, les patients n’utilisent pas forcément le bon mot au bon moment, ils oublient certaines connaissances comme des noms de pays, etc. Cette dernière se place maintenant au cœur des recherches scientifiques. Les chercheurs ont démontré que la mémoire sémantique serait la première atteinte dans la maladie d’Alzheimer. Ce que confirme d’ailleurs une étude. Les malades auraient commencé à avoir des déficits en mémoire sémantique jusqu’à 12 ans avant de recevoir le diagnostic de démence.

Prendre les signes au sérieux

Quand la maladie évolue, une autre mémoire est impactée : celle des faits. Ainsi, les patients oublient peu à peu tous les événements de leur vie. Souvent, seuls les souvenirs de la petite enfance demeure. La mémoire des faits anciens se perd également : les souvenirs s'effacent en remontant petit à petit le fil de la vie. On constate souvent à la fin de la vie que seuls demeurent les souvenirs de la petite enfance. La personne semble vivre dans une autre réalité : elle se croit souvent plus jeune qu'elle ne l'est. Souvent, elle semble vivre dans le passé comme déconnectée du temps actuel.

Les trous de mémoire, tout le monde en a à certains moments. Certains doivent être un signe d’alerte, comme le précise l’Inserm. En effet, des oublis inhabituels qui impactent la vie quotidienne doivent faire l’objet d’une prise en charge spécifique. "La France a créé un réseau de centres mémoire hautement spécialisés dans le diagnostic de ces affections, comptant plus de 400 sites de consultation répartis sur le territoire", indique l’Inserm. Ainsi, avoir des "mots sur le bout de la langue", des objets que l’on ne parvient plus à identifier, si ces situations se répètent et inquiètent également l’entourage, une consultation chez un médecin ou un neuropsychologue s’avère indispensable pour poser un diagnostic.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles