Malade, John McCain retourne dans l'Arizona

John McCain au Sénat, le 6 décembre 2017.

Atteint d'un cancer du cerveau, le sénateur républicain de l'Arizona John McCain va rater le nouveau vote sur la réforme fiscale voulue par Donald Trump. Une voix précieuse pour le parti conservateur.

Une voix précieuse s'éloigne de Washington. John McCain, le sénateur républicain de l'Arizona, est rentré ce week-end dans son Etat avec son épouse Cindy, pour y passer Noël. Atteint d'un glioblastome, une forme agressive de cancer du cerveau, l'ancien candidat à la présidence âgé de 81 ans avait été hospitalisé la semaine dernière dans le Maryland pour des complications liées à son traitement. «Le sénateur McCain est de retour dans l'Arizona et suivra un traitement de rééducation à la Mayo Clinic. Il est reconnaissant pour les excellents soins qu'il reçoit, et apprécie le soutien massif de personnes de tout le pays. Il a hâte de revenir à Washington en janvier», dit un communiqué de son bureau, repris par Politico.

A lire : John McCain est atteint d’une forme agressive de cancer du cerveau

Son retour dans la capitale après les fêtes pose un problème pour les républicains : avec une courte avance de 52 élus contre 48 opposants, les conservateurs comptent sur chaque voix pour faire passer les réformes voulues par l'administration de Donald Trump. Et le passage de la version finale du projet de réforme fiscale, qui doit arriver au Sénat dans les jours à venir, n'échappera pas à la règle. Donald Trump s'est voulu rassurant dimanche, cité par le «Washington Post» : «J'ai cru comprendre que John reviendrait si nous avions besoin de son vote. C'est dommage. Il vit une période difficile, personne n'en doute. Mais il reviendra si on a besoin de sa voix.» Un retour que la publication de son entourage n'évoquait pas.

Une majorité fragile, avant même les élections de mi-mandat

John McCain avait été l'une des raisons pour lesquelles Donald Trump n'avait pu faire abroger l'Obamacare, à l'été dernier, peu de temps avant son(...)


Lire la suite sur Paris Match

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages