De mal en pis : après le Covid-19, la guerre en Ukraine plonge le Sahel dans sa pire crise alimentaire depuis 10 ans

La guerre en Ukraine cause pénuries et inflations. Au Sahel, où la famine sévissait déjà, 6,3 millions d'enfants de moins de 5 ans souffriront en 2022 de malnutrition, contre 4,9 millions l’année précédente. Une nouvelle méthode de soins défendue par l'ONG ALIMA permettrait de traiter 2 à 3 fois plus d'enfants qu'aujourd'hui.

L’été va être catastrophique. Il y aura des files d’enfants en attente d’être soignés devant les centres, et beaucoup mourront”, alerte Guillaume Leduc, directeur Europe de l’ONG médicale d’urgence . Face aux pénuries dues à la guerre en Ukraine et après deux ans de crise sanitaire, le nombre d’enfants malnutris au Sahel (zone d'Afrique de l'Ouest) a explosé. Pour sauver le plus d’enfants possibles de la malnutrition, l’équipe a mis au point une méthode parue dans la revue , qui permet de multiplier par deux, voire trois, le nombre de petits patients traités. Mais sa mise en place nécessite un soutien financier et institutionnel fort.

DONNER. Pour aider ALIMA à soigner le plus de familles, d'adultes et d'enfants possible, vous pouvez .

La population la plus vulnérable au monde

Je n’avais pratiquement plus de lait, alors je devais donner d’autres aliments à mon nourrisson. Souvent, il refusait de les manger et perdait du poids. Une diarrhée a rapidement dégradé son état”, raconte Safiatou, qui a dû fuir son village en raison des violences au Burkina Faso. Conflits, sècheresses, épidémies et pauvreté gangrènent depuis longtemps le Sahel, zone barrant l'Afrique du Sénégal à l’ouest au Soudan du Sud et à la République Démocratique du Congo (RDC) à l’est et au sud. “Avant la crise du Covid-19 c’était déjà l’urgence perpétuelle au Sahel”, dépeint Kevin Phelan, expert nutritionniste d’ALIMA. Depuis 2009, l’ONG médicale internationale ALIMA (Alliance for International Medical Action) basée à Dakar (Sénégal) s’associe avec les structures de soin, de recherche et d’interventions locales pour soutenir les populations les plus vulnérables de la planète.

Au Tchad, une mère regarde son enfant hospitalisé pour malnutrition. Crédits : Andrew Caballero-Reynolds/ ALIMA.

En 2020, le déferlement du Covid-19 envoie des milliers de familles au bord du gouffre. Depuis, le nombre de personnes souffrant de famine a triplé dans les cinq pays les plus affectés (Mauritanie, Niger, Burkin[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles