"Make la politique great again ! Éloge (presque) inconditionnel de la classe politique"

·1 min de lecture

Le médiologue Paul Soriano examine par l'ironie ce qu'est devenue notre classe politique.

S’il vous plaît, cessez de bouder, on a besoin de vous. The show must go on.On a évidemment besoin de Macron, parce qu’il faut bien que quelqu’un s’y colle.Besoin d’En Marche, je ne vois pas trop pourquoi, mais on ne sait jamais… Nous faire patienter en attendant le retour du PS et de l’UMP, nos chers disparus ?On a besoin de vousOn a besoin d’écolos, pas pour sauver la planète, ce n’est plus à notre portée (et c’est pourquoi on va inscrire dans la Constitution ce vaste programme, comme dirait de Gaulle), mais pour prendre conscience des effets pervers du Tour de France à bicyclette sur la fonte de la banquise et des sapins de Noël sur les tsunamis dans le Sud-Est asiatique : très franchement, vous y auriez pensé, vous ?On a besoin de Marine, ne fût-ce que pour donner la parole à un gros quart de l’électorat français – c’est ballot, non ? Et, pour le reste, la livrer en pâture à ceux qui adorent la détester sans être suspect de misogynie (et pourtant…).On a besoin de LFI parce que, sur le plan marketing, ce nom est tout bonnement génial, puisque nous, les Français, sommes par construction, des procureurs insoumis. Et aussi parce qu’ils assurent le spectacle ; la dégradation de la politique, ce n’est pas la politique-spectacle mais la technocratie, et son triste slogan, " circulez, il n’y a rien à voir ".Pas besoin de partager leurs idées pour voter Jean-Luc, Jean-Christophe ou...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Israël : face aux poursuites de la Cour Pénale Internationale, la classe politique fait presque bloc

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"J’ai volé le feu aux dieux pour allumer l’Apocalypse de l’Occident" : le (presque) vrai testament de Michel Foucault