"Majoritairement Français", Manuel Valls officialise son départ du conseil municipal de Barcelone

·2 min de lecture
Manuel Valls lors de sa campagne pour les élections municipales à Barcelone (Espagne), le 13 décembre 2018. - LLUIS GENE / AFP
Manuel Valls lors de sa campagne pour les élections municipales à Barcelone (Espagne), le 13 décembre 2018. - LLUIS GENE / AFP

"Quoi qu’il arrive, je resterai. Je suis de Barcelone." En septembre 2018, alors en pleine campagne municipale sous l'étiquette du parti Ciudadanos pour décrocher la mairie de Barcelone, l'ancien Premier ministre Manuel Valls avait fait la promesse solennelle de s'engager totalement pour la ville catalane et, en cas de défaite, de "sans doute" se retirer de la vie politique.

Arrivé en quatrième position du scrutin local, l'ancien maire d'Évry décrochait finalement de justesse un siège de conseiller municipal. Pourtant, près de trois ans plus tard, la tentation de retrouver les affres de la politique française a visiblement été trop forte pour l'ancien socialiste.

"Être utile" en France

Lors d'un entretien publié samedi dans le quotidien El Mundo, Manuel Valls a en effet fait part de sa volonté de démissionner de son poste actuel afin de s'engager auprès des Français lors de la future élection présidentielle de 2022. "Mon temps de conseiller municipal est révolu. Je vais bientôt rendre ma démission publique", avance-t-il. Elle devrait être effective d'ici septembre prochain.

Comme justification, Manuel Valls souligne lors de cette interview que "maintenant, je sais que je suis majoritairement Français: dans mes valeurs, dans ma façon de penser et de faire de la politique", estime celui qui, fin 2019, affirmait pourtant avoir trouvé "un équilibre" personnel à Barcelone.

En réalité, comme l'écrit le Huffington Post, Manuel Valls ne faisait pas secret de sa volonté de retraverser les Pyrénées. Dans son récent livre nommé Pas une goutte de sang français sorti en mars dernier, il faisait état de son “ardent désir d’être utile” aux Français.

Un retour médiatique

Ces dernières semaines, il avait d'ailleurs multiplié les prises de parole dans les médias français et livré son avis sur l'actualité nationale et internationale. Invité par BFMTV alors que les tensions au Proche-Orient étaient de plus en plus vivaces, il avait dénoncé une "exportation du conflit" en France. Manuel Valls avait également exhorté le gouvernement à "restaurer l'autorité" dans le pays.

Plus tôt dans l'année, un rapport de l'équivalent espagnol de la Cour des comptes avait épinglé les dépenses de campagne aux municipales de Barcelone de mai 2019 de l'ancien Premier ministre.

Il y était pointé des montants non-déclarés d'une valeur totale de 189.497 euros provenant pour la plupart de l'"Association Barcelona Capital Europea", la plateforme avec laquelle Manuel Valls avait présenté sa candidature avant de former une coalition avec des indépendants et des membres de Ciudadanos.

Article original publié sur BFMTV.com