La majorité en tête des projections, mais la Nupes en hausse, selon un sondage

Session de
Session de

Jusqu'au bout, la majorité sortante et l'union de la gauche se tiendront dans un mouchoir de poche dans les projections en vue du premier tour des législatives, prévu dimanche. L'institut Ipsos-Steria a dévoilé ce mercredi la douzième vague de son enquête pour le Centre de recherches politiques de Sciences-Po (Cevipof), Le Monde et la Fondation Jean-Jaurès.

Et à quatre jours du scrutin, il apparaît que la coalition présidentielle Ensemble devance de peu les forces de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en termes d'intentions de vote, mais semble moins assurée que jamais de pouvoir constituer une majorité absolue à l'Assemblée nationale. La Nupes pour sa part semble dans une forme ascendante, bien que son électorat soit plus enclin à l'abstention. L'intérêt des Français pour le suffrage qui se profile est d'ailleurs tout relatif.

Face-à-face entre Ensemble et la Nupes, la droite lâchée

Le premier enseignement de cette étude Ipsos-Steria relève donc des intentions de vote en vue du premier tour des législatives. Ensemble cumule 28% des projections (une statistique stable par rapport à la précédente mesure opérée il y a quinze jours), devant la Nupes et ses 27,5%, en hausse cette fois de 0,5%. Le Rassemblement national perd quant à lui un point, rétablissant son équilibre à 20%.

Le parti Reconquête d'Éric Zemmour doit se contenter de 5,5% selon cet instantané, glissant d'un demi-point par rapport à la mi-mai. Entre ces deux cousins fâchés de l'extrême droite, la droite classique sort ratiboisée: l'attelage Les Républicains-UDI-Divers droite ne convainc pour l'heure que 11% du panel.

La certitude de vote atteint de surcroît un étiage important pour les différentes familles politiques: avec 79% de ses partisans s'affirmant sûrs de leur vote à venir, la Nupes progresse de cinq points, parvenant à un niveau équivalant à celui d'Ensemble, de Reconquête et du Rassemblement national.

Incertitudes autour des sièges

Exercice toujours délicat pour les sondeurs tant les tendances locales, l'actualité politique et surtout les dynamiques et recompositions de l'entre-deux-tours peuvent bouleverser la donne, l'institut se charge tout de même de convertir les intentions de vote en nombre de sièges au Palais-Bourbon.

À ce jour, la mécanique du scrutin laisse espérer à la majorité sortante de conserver une confortable avance dans la prochaine session parlementaire, avec un ensemble formé de 275 à 315 députés. Enfin, "confortable" si on veut: la majorité absolue étant fixée à 289 membres, cette fourchette maintient les soutiens d'Emmanuel Macron dans l'incertitude quant au profil de la future législature.

La Nupes évolue pour sa part entre 160 et 200 représentants, loin devant la droite (additionnant là encore les scores des candidats LR, UDI et divers droite) qui ne pourrait compter que sur 30 à 55 parlementaires pour cette édition 2022-2027. Un nombre comparable à celui prêté au Rassemblement national, dont le groupe serait compris entre 20 et 55 membres.

Des Français plus "préoccupés" qu'"intéressés"

Le sujet des législatives ne passionne guère les Français dans cette dernière ligne droite avant l'isoloir. Ils ne sont que 70% à se dire intéressés, et, surtout, ce peloton baisse de quatre points en deux semaines. 46% des personnes sollicitées se disent certaines d'aller voter, en chute d'un point par rapport à la précédente jauge. Ce taux de participation, s'il venait à se vérifier dimanche dans les urnes, constituerait en creux un record d'abstention: en 2017, on avait constaté une participation de 48,7% au premier tour des législatives, un seuil déjà historiquement bas.

La certitude de se déplacer jusqu'aux bureaux de vote est particulièrement faible chez les 18-24 ans - que l'on sait séduits par la Nupes - et particulièrement fort chez les 70 ans et plus, plus susceptibles de voter pour la majorité: 65%. Autre motif possible d'espoir pour Emmanuel Macron: 54% des Français souhaitent qu'il "obtienne une majorité à l'Assemblée nationale afin qu'il puisse appliquer sa politique".

Quel que soit le gouvernement au sortir des législatives, il serait en tout cas bien inspiré d'inscrire les trois thèmes suivants au premier rang de ses priorités car les Français les ont désignés comme leurs préoccupations principales: le pouvoir d'achat (mentionné par 57% de nos concitoyens, stable depuis quinze jours), le système de santé (cité par 34% de nos compatriotes, huit points de plus que dans le précédent sondage) et enfin l'environnement (31%, comme il y a quinze jours).

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles