Comment une major du disque veut réinventer la musique grâce à un hackathon

Ils étaient une quarantaine étudiants issus d’écoles d’ingénieurs, de commerce ou de design à s’être rassemblés chez Warner Music France ce 7 février pour un marathon de création de 24 heures non stop. Neuf thématiques étaient définies pour autant de groupes de travail : vidéo, médias sociaux, musique & mobilité, cartographie, réalité augmentée, enceintes intelligentes, data, gaming et musique live. Leur défi : inventer un usage ou une fonctionnalité innovants en rapport avec l’un de ces sujets. 

« Nous sommes une industrie qui a toujours connu des mutations, constate Thierry Chassagne, président de la major pour l’Hexagone, en donnant le coup d’envoi de ces 24 heures. Elles sont artistiques, mais d’abord technologiques : vinyles, cassette, CD et aujourd’hui le streaming. Des services comme Songkick ou Soundclound sont par exemple issus de ce genre de hackathon. On espère donc que cela pourra déboucher sur quelque chose comme une application ou une expérience digitale »

Image

Les labels s'adaptent aux nouveaux usages

Face à la révolution de la consommation numérique, les maisons de disques ont souffert pendant les années 2000, mais ont depuis compris la leçon : « On ne peut pas arrêter l’innovation technologique, il vaut mieux l’accompagner et intégrer les nouveaux métiers qui en découlent », souhaite pour sa part Alain Veille, directeur du numérique de la major...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi