Maisons mère et enfant : les excuses de l'Irlande après des décennies d’humiliations et d’abus

·2 min de lecture

Le Premier ministre irlandais a présenté ses excuses au nom du pays, après un rapport accablant sur les «maisons mère et enfant», où des milliers de mères célibataires et leurs bébés ont été maltraités.

«Au nom du Gouvernement, de l’Etat et des citoyens, je présente mes excuses pour le grave tort subi par les mères irlandaises et leurs enfants qui se sont retrouvés dans des foyers pour mères et bébés». Mercredi, le Premier ministre irlandais, Micheal Martin, a présenté les excuses officielles du pays pour les abus subis durant des décennies par les pensionnaires de ces «maisons mère et enfant».

Durant plus de 75 ans, les femmes tombées enceintes hors mariage étaient envoyées dans ces foyers. Certains étaient financés par les autorités sanitaires locales mais d’autres l’étaient par les très puissants ordres religieux catholiques irlandais. Ce n'est qu’en 1998 que ces lieux ont fermé leurs portes, après des années de maltraitance. Un rapport de la commission d’enquête, récemment dévoilé, indique que 56 000 mères célibataires ont été les pensionnaires de ces 18 foyers où 57 000 enfants sont nés.

Le rapport explique que les mères jugées indécentes subissaient de graves pressions psychologiques et que l’environnement y était particulièrement «froid». Les documents indiquent qu'une fois qu’elles avaient accouché, les mères étaient séparées de leurs bébés, qui étaient le plus souvent mis à l’adoption. Pire encore, l’enquête a montré que la mortalité des bébés y était très haute. Au moins 9000 enfants sont morts là-bas, puis enterrés dans l’indifférence. «Nous avions une attitude complètement déplacées à l'égard de la sexualité et de l'intimité, et les jeunes mères et leurs fils et filles ont été obligés de payer un prix terrible pour ce dysfonctionnement», a déclaré Michael Martin. «Comme le dit clairement la Commission - "ils n'auraient pas dû être là"».

"Nous n'avons pas respecté la dignité inhérente aux femmes et aux(...)


Lire la suite sur Paris Match