MAISONS DE L'HORREUR. Le spectre d'un curé mort depuis 70 ans affole les chasseurs de fantômes

Depuis plus de 70 ans, le corps de l'abbé René Delamare repose au sein de l'église Saint-Pierre d'Incarville dans l'Eure. Mais voilà qu'une légende attire de plus en plus de chasseurs de fantômes. En 1970 déjà, des cris et des ronflements seraient entendus par des visiteurs. Pendant plus d'un an, les curieux vont ainsi se rendre dans l'édifice. Mais une explication rationnelle va calmer les ardeurs de ces curieux : un oiseau nocturne serait le responsable. Mais pas de quoi freiner les chasseurs de fantômes.

Deux hommes vont ainsi placer une caméra infrarouge au sein de l'église : "Nous voulons aller dans des endroits où il y a de l'activité paranormale pour capter des sons ou des images pour montrer à ceux qui ne veulent pas y croire que les fantômes existent. Quand on meurt, la vie n'est pas forcément finie. Il y a quelque chose après !", explique l'un d'entre eux. Ils en sont persuadés, quelque chose de paranormal se trame : "Il est enterré dans l'église. Donc son esprit est forcément présent. Nous ne connaissons pas les causes de son décès mais si son esprit revient, c'est qu'il pense qu'il a encore quelque chose à accomplir. Peut-être pour des raisons spirituelles. Pour le savoir, il faudrait que l'on puisse entrer dans l'église la nuit et lui poser la question. Peut-être qu'il nous répondra."

Lse deux chasseurs de fantômes veulent rentrer en contact avec l'âme du curé

Mais les deux chasseurs de fantômes sont confrontés à de nombreux refus (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Affaire Thierry Bardoulat : "Soit tu te suicides, soit…", l'issue tragique d'une relation glaçante
Derrière la porte d'une chambre d'hôtel se cachait… un corps décomposé
Son petit-fils joue au trampoline dans le jardin, il entend des cris et assiste à une attaque terrifiante
Elle profite de ses vacances, jusqu'à ce qu'un simple café fasse tout basculer
Disparition de Delphine Jubillar : "Tiens, prends ton…", ces mots effroyables prononcés par Cédric