«Maison de l'horreur» : les précisions du procureur en charge de l'affaire

De nouvelles précisions dans l'affaire de maltraitance que les médias français ont baptisé "la maison de l'horreur ". À Noyelles-sous-Lens, dans le Pas-de-Calais, des enfants ont été retrouvés mardi dernier ligotés à leur chaise dans des conditions d'hygiènes déplorables. Depuis, les parents ont été placés sous contrôle judiciaire. Maintenant des questions subsistent. La secrétaire d'État à l'Enfance, Charlotte Caubel, s'est rendue ce lundi matin à la préfecture d'Arras pour échanger avec les acteurs locaux de la protection de l'enfance. Thierry Dran, le procureur de la République de Béthune à ses côtés, a apporté des précisions.

Pas de trace de coups ni d'enfants couverts d'excréments

Pour celui-ci, il y a eu manifestement de graves carences éducatives et d'hygiène  dans cette famille d'un milieu social très défavorisé. Mais il réfute le terme de "maison de l'horreur". "On n'a pas de trace de coups sur les enfants qui ont tous été vus par des médecins légistes. On n'a pas d'enfants couverts d'excréments, comme j'ai pu lire partout. Non, ils sont sales et il y a des manquements", a tenu à préciser le procureur.

>> LIRE AUSSI - «Ça a été un drame» : les habitants de Chevaline toujours traumatisés dix ans après

Le couple sera poursuivi pour violences volontaires et délaissement d'enfants. Des poursuites qui visent notamment le fait que deux enfants aient été découverts attachés à leur chaise lors de l'arrivée des services sociaux. Sur ces faits, les parents devront s'exp...


Lire la suite sur Europe1