Maison de l’horreur : les sœurs rescapées racontent l’enfer

·2 min de lecture

L’interview de deux des enfants de la famille Turpin a été diffusée jeudi aux Etats-Unis. Les jeunes femmes racontent comment elles ont échappé à la maison dont elles étaient retenues captives avec 11 autres frères et sœurs, aux Etats-Unis.

Elles sont restées des années, enfermées et cachées dans une maison de Californie, entourées de leurs onze frères et sœurs. Jeudi, leur première interview depuis qu’elles ont été sauvées il y a quatre ans, a été diffusée à la télévision américaine. Deux des filles de la famille Turpin ont accepté de raconter leur histoire sur ABC. Jennifer et Jordan, âgées de 33 et 21 ans, ont expliqué les sévices subis à l'époque avec leures frères et soeurs. Certains d’entre eux étaient enchaînés à leurs lits et privés de nourriture. Piégés par leurs parents aujourd’hui en prison, les frères et sœurs ont plusieurs fois débattu sur la meilleure façon de s’échapper. Pendant deux ans, Jordan Turpin a mis au point son plan pour s’enfuir et permettre de secourir ses proches.

Lorsqu’elle est passée à l’action, elle savait que «si elle se faisait attraper, elle mourrait». Mais elle n’a pas hésité, escaladant une fenêtre et trouvant de l’aide à l’extérieur pour appeler enfin les secours. «Je crois que la mort s’approchait de nous. Alors si quelque chose m’arrivait, au moins je serais morte en essayant», raconte-t-elle. «J’ai tout raconté à l’agent du 911. Que nous n’allions pas à l’école, que nous étions affamés… Je devais m’assurer que si j’en sortais, nous n’y retournerions jamais et aurions toute l’aide nécessaire», explique la jeune femme. «Mes parents sont abusifs. Mes deux petites sœurs sont en ce moment enchaînées… elles sont enchaînées à leur lit», avait-elle lancé dans son appel à l’aide par téléphone, aux secours. «Nous vivons dans la saleté. Parfois, je me réveille et je ne peux pas respirer à cause de la crasse de notre maison. Nos parents ne nous laissent pas bouger. Certains ont demandé de pouvoir travailler mais ils(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles