La maison familiale d’Hugo Chávez transformée en musée

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
PHOTO STRINGER/REUTERS
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La maison familiale de l’ex-dirigeant vénézuélien Hugo Chávez, située dans son état natal de Barinas, sera bientôt transformée en musée, a annoncé vendredi 29 juillet le gouvernement de son successeur, Nicolás Maduro. Une annonce survenue au lendemain du soixante-huitième anniversaire de la naissance du leader de la révolution bolivarienne, installé au pouvoir en 1999 et décédé en 2013, rapporte Analitica.

Le média local relaie notamment un tweet de Jorge Arreaza, ministre des Communes et des Mouvements sociaux. “En l’honneur du Comandante Chávez, sur les instructions du président Nicolás Maduro, nous nous sommes réunis dans ce qui fut la maison de la famille Chávez Frías […] pour lancer sa rénovation immédiate et sa muséification.”

Ces travaux ne seront pas de trop pour la maison aux peintures rouges et jaunes défraîchies dans laquelle est exposée une photo de l’ex-dirigeant, véritable symbole du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), embrassant sa mère.

Cette rénovation a essuyé les critiques d’internautes. L’un d’eux s’interroge : “Ils ont annoncé que la maison de Barinas de Chávez allait devenir un musée. Mais qu’en est-il des hôpitaux, des écoles, des espaces publics dédiés au bien-être des citoyens ?”

“La figure d’un satrape”

La nouvelle survient pourtant à un moment où l’héritage de Chávez est de plus en plus remis en cause : une partie de la population juge sa politique responsable de la grave crise économique et politique que traverse le pays. Cette dernière a provoqué l’exil de plus de six millions de personnes, selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Certains médias indépendants, comme Venezuela Red Informativa, font aussi part de leur gêne : “Le prétendu musée vise à mettre en lumière la figure d’un satrape qui a clairement amorcé la débâcle de ce pays pétrolier autrefois florissant.”

Après un coup d’État militaire manqué en 1992, l’élection démocratique de Chávez fin 1998 a marqué le début d’une série de victoires pour le camp socialiste à travers l’Amérique latine. Aujourd’hui, l’ancienne puissance pétrolière doit composer avec une hyperinflation endémique – 2 900 % en 2020. Les autorités locales attribuent cet état de fait aux sanctions américaines, mais de nombreux spécialistes et membres de l’opposition y voient plutôt une conséquence de la corruption généralisée et de l’incompétence du gouvernement.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles